Ça s'est passé un 4 juin 1988 : Steffi Graf terrasse Natasha Zvereva en 34 minutes, la finale la plus rapide de l'histoire à Roland-Garros

Publié le , modifié le

Auteur·e : Paul Giffard
Graf - Zvereva
Steffi Graf remporte Roland-Garros 1988 en écrasant Natasha Zvereva (6-0, 6-0) en 34 minutes. | AFP

Le samedi 4 juin 1988 devait honorer une finale prolifique entre Steffi Graf, numéro une mondiale et la nouvelle pépite du tennis, Natasha Zvereva. Mais tétanisée par l'évènement, la Soviétique va vivre un véritable calvaire, sans marquer le moindre jeu au cours de la rencontre. Sur le court Central, les spectateurs sont sans voix. L'Allemande vient de remporter la partie en s'imposant 6-0, 6-0 en 34 minutes. Il s'agit de la finale féminine la plus rapide d'un tournoi majeur sous l'ère Open.

Entrée, plat et match. Le dessert n'a pas eu le temps d'être servi que la rencontre était déjà finie. Ce 4 juin 1988 Steffi Graf, numéro 1 mondiale, affronte Natasha Zvereva. La finale promet d'être disputée tant les deux joueuses pratiquent un formidable tennis. Pour le plus grand malheur des amateurs de la balle jaune, il n'en sera rien. La partie restera certes dans l'histoire de Roland-Garros, mais pas pour son spectacle. Ce jour-là, le match ne durera que 34 minutes. Il n'y avait qu'une seule tenniswoman sur la terre battue.

Deux parcours éblouissants

Dotée d'un coup droit foudroyant, l'Allemande est dans une forme étincelante en arrivant au tournoi de la Porte-d'Auteuil. Elle endosse à merveille le costume de favorite. Du haut de ses 18 ans, la vainqueur de l'Open d'Australie en début de saison élimine ses adversaires une à une sans perdre le moindre set. Mieux même, elle ne concède que 20 jeux dont neuf en demi-finales face à la numéro 4 mondiale, Gabriela Sabatini

Championne du monde junior l'an passé, la Soviétique, quant à elle, réalise un parcours remarquable, à tout juste 17 ans. Tête de série numéro 13, elle élimine, ni plus ni moins la numéro 2 mondiale et la légende Martina Navratilova en huitièmes de finale, avant d'écarter Helena Sukova et Nicole Provis. Cependant, la pression fut trop grande au moment d'aborder sa première finale en Grand Chelem.

Seulement 13 points inscrits et Zvereva encaisse un 6-0, 6-0

Un peu plus d'une demi-heure suffira pour que Steffi Graf conserve son titre à Paris et soit sacrée une troisième fois en Grand Chelem. Les coups s'abattent sur Natasha Zvereva sans qu'elle ne puisse répondre. Compatissant, le public français décide même de l'encourager, en vain. Graf tentera même de donner un jeu à sa rivale à 6-0, 5-0 en jouant des balles hautes et molles mais son adversaire n'a même pas pu en profiter, paralysée par l'enjeu.

Tétanisée par l'évènement, la native de Minsk est balayée 6-0, 6-0, n'inscrivant, par la même occasion, seulement 13 petits points. La rencontre n'aura duré que 34 minutes, autant dire qu'il ne fallait vraiment pas venir en retard ce samedi. Il s'agit de la finale la plus expéditive de l'histoire d'un tournoi majeur sous l'ère Open. Un retard d'une heure dans le premier set en raison de la pluie aura été plus long que le match en lui-même. 

Pour voir un tel score, il faut remonter à... 1911 ! La Britannique Dorothea Douglass Chambers avait alors étrillé sa compatriote Dora Boothby sur le gazon de Wimbledon. 

L'année 1988, un tournant pour les deux joueuses

"Je suis vraiment désolé que ça ait été si rapide", a déclaré Graf au public venu en masse lors des interviews d'après-match. En revanche, c'est une Zvereva dévastée qui se rendra en conférence de presse, après avoir refusé la traditionnelle interview sur le court central. "Je n'étais pas dans le match. Ce n'était qu'un mauvais match, un mauvais jeu", a-t-elle reconnue selon le New York Times.

Cette terrible désillusion ne va pas empêcher la Soviétique de réaliser une carrière plus qu'honorable. Si elle ne connaîtra qu'une seule finale en Grand Chelem, cela ne l'empêchera pas de se hisser jusqu'à la cinquième place au classement WTA (1989) avant d'écrire son histoire en double. L'année suivante, elle prend sa revanche sur l'Allemande en la battant en finale du double à Roland Garros, son premier titre. A celui-ci, s'ajouteront 17 sacres et une place de numéro 1, occupée pendant 124 semaines consécutives. La véritable reine du double pendant des années.

Pour ce qui est de la native de Mannheim, 1988 sera son année. Elle sera invincible en accomplissant le Grand Chelem doré. Triomphante également à Wimbledon et l'US Open, elle s'adjuge même l'or olympique à Séoul. Une véritable performance, que aucun(e) autre joueu(se)r n'a réussi jusqu'à présent. 

Paul Giffard paul_gfrd