Kiki Bertens coup droit sauté Roland-Garros 2016
La Néerlandaise Kiki Bertens | Thomas SAMSON / AFP

Bertens crée la surprise face à Bacsinszky

Publié le , modifié le

La Néerlandaise Kiki Bertens, 58e joueuse mondiale, a fait mentir la logique en battant, ce jeudi, la tête de série N.8 Timea Bacsinszky. Elle s’est imposée en deux sets (7-5, 6-2) et 1h52 de jeu face à la Suissesse. Elle valide ainsi son billet pour le dernier carré où elle affrontera la N.1 mondiale et tenante du titre, Serena Williams, tombeuse dans son quart de finale de la Kazakh Yulia Putintseva (5-7, 6-4, 6-1).

La seule fois où elles s’étaient croisées (ndlr : US Open 2014), Timea Bacsinszky avait profité de l’abandon de Kiki Bertens pour poursuivre sa route à Flushing Meadows après avoir remporté le premier set au tie-break. Ce jeudi, sur un court Suzanne Lenglen plongé dans la grisaille, la Néerlandaise a été à la hauteur, a joué son meilleur tennis jusqu’au bout et a vu ses efforts récompensés. Elle ne partait pourtant pas favorite dans ce quart de finale face à la Suissesse qui n’avait pas concédé le moindre set depuis le début de la compétition et qui, comme l’an passé, comptait bien se hisser dans le dernier carré.

Trop de fautes !

Le match a débuté à l’avantage de Bacsinszky qui a réalisé le break au 3e jeu. Son adversaire du jour, loin de se laisser déstabiliser, a cependant réussi à refaire son retard dans la foulée (2-2). La première manche a été serrée mais Bertens a su profiter du grand nombre de fautes directes de la Suissesse (ndlr : 40 dans le premier set) pour l’emporter 7-5.

En manque de réussite au début du second set, Bacsinszky a eu du mal à cacher son énervement et Bertens a saisi l'occasion pour s’adjuger 4 jeux consécutifs (4-0). Si la tête de série N.8 s’est accrochée pour ne plus compter qu’un break de retard, cela n’a pas suffi à renverser la vapeur. La Néerlandaise a conclu victorieusement la rencontre sur sa 2ème balle de match (7-5, 6-2) devenant ainsi la première joueuse des Pays-Bas à atteindre les demi-finales d’un grand chelem depuis 1977.

Une demie de haute volée

Vendredi, Kiki Bertens se frottera à une joueuse d’un tout autre calibre : l’Américaine Serena Williams, numéro 1 mondiale et tenante du titre. Lors de leur unique rencontre, à l’US Open 2015, la cadette des sœur Williams s’était imposée en deux sets. Mais après avoir éliminé 4 têtes de séries depuis le début de la quinzaine, Bertens n’est plus à une surprise près. Verdict demain à partir de 13h sur le court Philippe Chatrier.

Isabelle Trancoën