Alizé Cornet et Kristina Mladenovic ont une pensée pour les JO de Rio

Alizé Cornet et Kristina Mladenovic ont une pensée pour les JO de Rio

Publié le , modifié le

Alizé Cornet et Kristina Mladenovic ont réussi leur entrée en lice à Roland-Garros. Ces Internationaux de France constituent une échéance importante pour les deux Tricolores dans l’optique des … Jeux Olympiques. Les jambes et les bras à Paris, la tête aussi, mais avec une partie de l'esprit un peu à Rio, déjà.

Cornet quasiment aux JO

Douze ans déjà qu’Alizé Cornet se retrouve au mois de mai à Roland-Garros. L’expérience est là, le stress aussi. Car il ne faut pas se rater lors du premier tour. Aussi, parce que la Française jouait un peu plus qu’une place au deuxième tour. Elle pouvait valider son billet d'avion pour le Brésil et les JO. "J’ai fait mes petits calculs, souligne-t-elle, sourire aux lèvres, je savais qu’en gagnant ce match, il y avait de grands chances que j’y aille". Face à la Belge Kirsten Flipkens, elle n’a pas fait de détails (victoire 6-0, 6-1). Elle a vaincu cette petite tension intérieure qui lui avait pourri la vie ces dernières semaines, lui empêchant d’enchaîner les victoires.

"En rentrant sur le court, j’étais tendue, j’ai essayé de ne pas trop penser aux Jeux, car cela ne m’avait pas porté bonheur ces derniers temps". Sérieuse et appliquée, elle ne s’est accordée cette escapade mentale, cette projection vers le Brésil, qu’en toute fin de rencontre, quand elle n’avait plus qu’à conclure. "C’est vraiment à la fin quand je menais 6-1, 5-0, 40-0 que je me suis dit ‘tiens, je joue peut-être ma balle pour aller aux Jeux’", s’amuse-t-elle. Son rêve de retourner pour la troisième fois aux JO (Pékin 2008, Wimbledon 2012) se réalise. Elle va pouvoir passer "à autre chose" et se concentrer pleinement sur son tournoi. Elle a son billet pour Rio à "90%" en poche et peut savourer ce "double bonheur" (la victoire et la qualification).

Lire aussi : La promenade de Cornet, le bon test passé par Mladenovic

Mladenovic-Herbert, une paire pour Rio

La rencontre de Kristina Mladenovic face à Francesca Schiavone n’avait pas le même enjeu pour la Française. Face à l’ancienne lauréate 2010, la Française a été solide et s’attendait à un match "plus difficile". Elle a entamé parfaitement sa quinzaine-marathon où elle sera sur le pont dans trois tableaux : simple, double et double mixte. En mixte, elle sera associé à son compatriote Pierre-Hugues Herbert dans l’optique de prépare les JO où la paire sera alignée. "Au début, je devais jouer le double-mixte à Rio avec ‘Jo’ (Wilfried Tsonga, ndlr), avoue-t-elle, mais il ne pouvait pas faire les trois compétitions". Les discussions du clan Bleu ont abouti à cette association avec Pierre-Hugues, "le meilleur choix possible (…) c’est un très bon joueur de tennis et de double". Les deux joueurs vont donc se tester sur Roland, l’un des seuls tournois où ils pourront développer leur complémentarité car Wimbledon, notamment, se joue dans un format différent (trois sets gagnants).

"Kiki" et Pierre-Hugues Herbert ne sont pas des parfaits inconnus. Ils ont évolué en juniors ensemble, avant que Mladenovic ne fasse le grand saut, à 16 ans, chez les pros. "A 14-15 ans, je jouais toujours avec la génération plus âgée et notamment Pierre-Hugues", se rappelle-t-elle. L’occasion pour elle d’ouvrir la boîte à souvenirs, les voyages en commun "lui avec son père, moi avec le mien". Les tournois juniors, la "bonne affinité" seront des arguments non-négligeables. "C’est très excitant parce que ça se rapproche les Jeux, s’enthousiasme-t-elle, en plus l’histoire est belle : être aligné ensemble pour aller chercher une médaille". La fin de cette histoire n’est pas encore connue, mais le début, lui, s’est écrit à Roland-Garros.

Benoit Jourdain @BenJourd1