Roland Garros tribune vide court 7 2011
Les gradins de Roland-Garros sont encore loin d'être pleines | Grégory Jouin

Roland-Garros passe à l'échauffement

Publié le , modifié le

Les Internationaux de France débutent dimanche Porte-d’Auteuil mais les tennismen ont déjà pris possession des courts pour les qualifications qui démarraient ce mardi sur les cours annexes. Sous un soleil légèrement voilé et par une température printanière, Roland-Garros a commencé à prendre forme et vie.

L’effervescence manque encore mais on sent poindre l’excitation dans les allées notamment de la part de quelques adolescents bruyants venus humer l’air du plus grand tournoi sur terre battue du monde. Certes, les travées des courts numéro 7, 16 ou 17 restent clairsemées –seuls les amis et la famille des joueurs français manifestent un peu de chauvinisme - mais "le French" s’éveille progressivement avec ce "tournoi avant le tournoi". Certains stands sont déjà ouverts, proposant programmes, boissons, sandwiches ou souvenirs (vêtements, balles sans oublier les fameux coussins).

Les camions déchargent le matériel pour la zone technique (où crèchent les télévisions du monde entier) et les informaticiens s’activent pour mettre au point les machines. Les câbles traînent encore et les barrières de sécurités ne sont pas toutes installées mais tout le monde s’active pour que tout soit fin prêt pour la journée de charité Benny Berthet de samedi où un grand show mélangeant tennis et musique est annoncé avec le DJ Bob Sinclar aux manettes et quelques stars sur le terrain (Nadal, Djokovic, Federer et quelques Tricolores probablement). Sur le Court Philippe Chatrier, loin de ses considérations festives, Gilles Simon peaufine sa préparation avec son entraîneur, Thierry Tulasne : services, coups droits d’attaque, revers long de ligne, tout y passe et le Niçois fait montre de beaucoup d’abnégation et de sérieux. Il espère bien sûr briller sur cette terre ocre où son jeu peut aussi s’avérer efficace comme en attestent ces succès à Casablanca. Plus que quelques jours à patienter pour lui comme pour les rares qui sortiront du tableau des qualifs. Les perdants, eux, auront l’impression d’avoir terminé le tournoi avant même qu’il ne commence. C’est la dure loi de Roland-Garros : il ne laisse place qu’à l’excellence.