Ana Ivanovic 062012
Ana Ivanovic | AFP - Pascal Guyot

Roland-Garros: Jour 6

Publié le , modifié le

Ana Ivanovic a une fois encore calé aux portes des huitièmes de finale de Roland-Garros, pendant qu'une autre ancienne N.1 mondiale, Maria Sharapova, a donné une heure de son temps pour expédier Ayumi Morita.

Ana, jamais deux sans trois

Elle était pourtant revenue en pleine confiance cette année à Roland-Garros. Mais pour la troisième année consécutive, Ana Ivanovic ne disputera pas les huitièmes de finale des Internationaux de France. L'ancienne N.1 mondiale, sacrée ici-même en 2008, s'est cette fois inclinée face à la petite Italienne (seulement 1,64m) Sara Errani en trois sets 1-6, 7-5, 6-3. En huit participations, c'est la troisième fois que la Serbe n'atteint pas le quatrième tour de Roland-Garros. Elle qui n'est âgée que de 24 ans, peut encore espérer s'illustrer de nouveau sur la terre ocre parisienne.

Berdych servi par Anderson

Tête de série N.7 et grand outsider à Roland-Garros, Tomas Berdych a bien failli passer à la moulinette. Opposé au Sud-Africain Kevin Anderson (N.31), il a passé près de 4h sur le court pour s'imposer 4-6, 6-3, 6-7 (4/7), 6-4, 6-4. Le Sud-Africain n'a pas perdu son temps puisqu'avec 22 aces sur ce seul match, il a dépassé John Isner, qui en avait passé 41 contre Mathieu pour en avoir 59 à son compteur. Anderson en compte désormais 71, mais ce score ne bougera plus. Sera-t-il battu ?

Une heure, pas une minute de plus

En général, les matches de Maria Sharapova sont vite bouclés. Qu'elle perde ou qu'elle gagne (la grande majorité des cas), la Russe ne fait jamais trop durer le plaisir. Ce vendredi, les chanceux spectateurs du Suzanne-Lenglen ont eu droit de voir la belle Russe pendant tout juste une heure. 27 minutes dans la première manche, 33 dans la deuxième, l'ancienne N.1 mondiale a bien calculé son coup pour battre la Japonaise Ayumi Morita (6-1, 6-1). Lors de son premier duel, Sharapova s'était montrée plus rapide encore, corrigeant la Roumaine Alexandra Cadantu 6-0, 6-0 en 48 minutes...

Petite taille, grand talent

Bien loin des 2,06m d'un John Isner, Dominika Cibulkova n'a pas vraiment l'air d'être gênée par sa petite taille. Du haut de ses 1,61m, la Slovaque a franchi le troisième tour sans complexe, aux dépens de Maria Jose Martinez Sanchez. Les 15 centimètres d'écart entre les deux joueuses n'ont eu aucune incidence sur cette rencontre, et la tête de série N.15 a largement pris le dessus sur l'Espagnole en deux manches, 6-2, 6-1.

Seppi pour un cinq à sept

La septième tentative était la bonne. Après six échecs successifs, Andreas Seppi a enfin battu Fernando Verdasco. Cerise sur le gâteau, il l'a fait au troisième tour d'un Grand Chelem. L'Italien, tête de série N.22, s'est employé pendant 3h14 pour battre l'Espagnol (N.14) en cinq manches 7-5, 3-6, 6-3, 4-6, 6-2. C'est la première fois que Seppi accède à un huitième de finale d'un tournoi majeur en 29 participations. Vainqueur de son premier titre sur terre à Belgrade (contre Paire), l'Italien va profiter de l'instant présent car son prochain adversaire pourrait être Novak Djokovic si le Serbe bat Nicolas Devilder.

Goffin, un "lucky looser" qui gagne

Si le public belge a une nouvelle fois chaviré de bonheur, c'est grâce à la belle performance de leur compatriote David Goffin. Ce dernier est en effet devenu le premier "lucky loser" (meilleur perdant des qualifications) à atteindre les huitièmes de finale d'un tournoi du Grand Chelem depuis 17 ans. Le joueur de 21 ans a eu raison du Polonais Lukasz Kubot en trois sets 7-6 (7/4), 7-5, 6-1. Il égale la performance d'un autre Belge, Dick Norman, qui avait atteint ce niveau de la compétition à Wimbledon en 1995.

Romain Bonte