Tommy Robredo
Le joueur espagnol Tommy Robredo | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Robredo refait le coup

Publié le , modifié le

Au bout du suspense et d'innombrables rebondissements, Tommy Robredo s'est finalement qualifié en quarts de finale des Internationaux de France. L'Espagnol a battu au bout de 3h49 de combat son compatriote Nicolas Almagro en cinq manches 6-7 (5/7), 3-6, 6-4, 6-4, 6-4. Comme face à Gaël Monfils et Igor Sijsling au tours précédents, la tête de série n°32 a une nouvelle fois prouvé son incroyable rage de vaincre en redressant une situation bien mal embarquée après la perte des deux premiers sets. C'est une première dans un Grand Chelem depuis l'après-guerre. Au prochain tour, il affrontera un autre Espagnol, David Ferrer.

Les années impaires sourient donc à Tommy Robredo. Après avoir atteint les quarts de finale en 2003, 2005, 2007 et 2009, l'Espagnol de 32 atteint une cinquième fois ce stade de la compétition. Nicolas Almagro lui pourra regretter les occasions manquées puisqu'il a eu dans les dernières manches un break d'avance avant de s'écrouler. C'est la première fois en six confrontations entre les deux hommes que la tête de série n°11 s'incline contre son compatriote. Almagro avait encore dominé son aîné en à Acapulco en début d'année et il aurait du remporter ce match. Son bras droit a failli au moment de conclure.

S'il n'a jamais eu de balles de matches ou encore été en position de servir pour le gain de celui-ci, il a mené 4-2 dans la troisième et la quatrième manche, puis 2-0 dans la dernière avant de voir Robredo revenir à chaque fois. Avant cette rencontre, Almagro avait atteint 3 fois le stade des quarts de finale avant de s'incliner inexorablement devant le même joueur : Rafael Nadal. Cette fois, ce n'est pas le Majorquin qui lui a barré la route et on n'est pas sûr que la douleur ne soit pas moins forte. Plus entreprenant dans l'échange (69 points gagnants), mais également beaucoup moins précis que son adversaire (67 fautes directes contre 37 à Robredo), Almagro a flanché au plus mauvais moment (4-4 dans le cinquième set) et s'est écroulé sur le service de son adversaire (jeu blanc). 

Robredo phénix de la terre

Pour Tommy Robredo, la belle aventure continue. Tel un phénix, il renaît une troisième fois cette année Porte d'Auteuil. Mal embarqué contre le Néerlandais Igor Sijsling au deuxième tour, il finit par s'imposer en cinq manches, 6-7 (2/7), 4-6, 6-3, 6-1, 6-1. Contre Monfils, il perd encore derrière les deux premières manches et à nouveau un tie-break, 2-6, 6-7 (7/5), avant de s'accrocher et de renverser la vapeur : 6-2, 7-6 (7/3), 6-2 dans les trois manches suivantes. En quatre rencontres, le natif d'Hostalric en Catalogne a passé plus de 12h sur le court. A 32 ans, il fait un retour fracassant et renversant sur l'ocre parisien. Celui qui a été une semaine numéro 5 mondial (août 2006) a traversé des heures sombres et notamment deux blessures à la jambe en 2011 et 2012 (il était au delà du 400e rang mondial il y a un an) avant de remonter la pente.

Au moment de débuter le mois de juin 2012, il est 470e mondial. Il écume alors les Challengers : Caltanissetta et Milan qu'il remporte avant de se hisser en finale à Genova et à Seville. A la fin de l'année 2012, il est aux portes du Top 100. Son bon début d’année sur terre (demi-finale à Buenos Aires, quart à Barcelone et Estoril) le place même d’ailleurs derrière Rafael Nadal et Stanislas Wawrinka en nombre de matches gagnés sur cette surface (19 succès, 22 pour Wawrinka et 34 pour Nadal). Avant ces Internationaux, il a retrouvé une place plus conforme à ses standards (34e) et profite des absences de Murray et Del Porto pour se glisser sur le dernier strapontin des têtes de série.

Trois ans après

A genoux sur la terre après sa victoire contre Almagro, il mesurait sûrement le chemin parcouru depuis 2010 et sa dernière apparition Porte d’Auteuil. Cette année-là, il s’était incliné au premier tour en trois petits sets contre Victor Troïcki. Le voici désormais en quarts de finale. Et le prochain obstacle pourrait lui permettre de réaliser un nouvel exploit. Il faudra pour cela dépasser la fatigue physique qui va désormais se faire sentir. Là encore les chiffres ne le donne pas favori : 6 défaites pour seulement 2 victoires (la dernière en 2008). Mais, les chiffres, Tommy s’en moque… Il est là pour jouer et pour l’instant, il en profite. Beaucoup. Et ça lui réussit.

Vidéo: la fin du match et l'émotion de Robredo

Voir la video

Plus d'infos à suivre