Christophe Riblon (AG2R) en tête du peloton
Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale) | JOEL SAGET / AFP

Riblon : « De belles choses à aller chercher »

Publié le , modifié le

Présent à l’avant de la course toute la journée, Christophe Riblon n’a pas gagné au sommet du Plateau de Beille. Mais le puncheur d’AG2R-La Mondiale retrouve la forme au bon moment. Il sera à point pour les Alpes.

Q : Racontez-nous cette belle journée en tête ?
R : « C’était une étape difficile. J’ai réussi à me glisser dans l’échappée à 24. C’était important pour l’équipe. Pour aider dans le final et pour le classement par équipes. C’est dommage qu’on ne soit pas arrivé avec plus d’avance au pied. Je pense que Sandy (Casar) était plus fort que moi mais il y avait des petites places à aller chercher. La semaine dernière déjà je me fais rattraper à 400 mètres de la ligne. Là c’était plus loin mais on va recommencer. La condition est là et je sais qu’il y a des belles choses à aller chercher. »

Q : Il a manqué du temps au pied de la dernière ascension
R : « Tout le monde s’est regardé un peu. Il y avait des Leopard qui ne voulaient pas rouler. Certains avaient des intérêts à rouler, d’autres pas. C’est toujours un peu compliqué car ça s’attaque puis ça s’arrête. On s’est retrouvé à trois devant alors qu’il restait 60 km. C’est un peu loin pour vraiment y aller à fond. Finalement on s’est retrouvé à 10-15 au pied du Plateau de Beille. On essaie de gérer au mieux mais c’était trop juste. Les Pyrénées sont finies et dans les Alpes je vais tout faire pour remporter une victoire d’étape. »

Q : Voeckler toujours en jaune, c’est bien pour la France du vélo
R : « C’est tant mieux. Je suis content pour lui et en plus c’est un copain. Pour le vélo, pour le cyclisme français, c’est bien. On a eu un maillot de champion du monde en jaune, maintenant on a Thomas. Ça donne du baume au cœur. Les Français sont à l’avant. Il n’y a pas de victoire d’étape mais ça va venir. On ne peut pas nous enlever qu’on se bat. On va aller en chercher une d’ici la fin. »