Sprint 11e étape coups de tête Renshaw Dean TDF
Mark renshaw (HTC-Columbia) donne des coups de tête à Julian Dean (Garmin) dans le sprint de la 11e étape, ce qui lui vaudra ensuite l'exclusion du Tour | DR

Renshaw exclu

Publié le , modifié le

Coupable de trois coups de tête lors du sprint final de la 11e étape, l'Australien Mark Renshaw (HTC-Columbia) a été mis hors course du Tour de France par le jury des commissaires et le directeur de course Jean-François Pescheux. Sentant qu'il allait gêner son coéquipier Marc Cavendish pour le gain de l'étape, Renshaw a simplement donné trois coups de tête au Néo-Zélandais Julian Dean (Garmin-Transitions).

Alors qu'il menait la danse à environ 500 mètres de l'arrivée, Renshaw a senti son ancien coéquipier du Crédit Agricole le dépasser sur sa gauche en le repoussant du coude. C'est alors que Renshaw s'est mis a donné un premier coup de tête pour à son tour déstabiliser son adversaire, puis un deuxième, et un troisième... Ce geste lamentable a grandement favorisé le succès d'étape de Marc Cavendish, le coéquipier de Renshaw. "Avec une telle attitude, tout le monde aurait pu être sur le dos", a déclaré Jean-François Pescheux. "Cela a fait penser à ce qui se voit parfois dans le Keirin, mais le Tour de France n'est pas un combat", a précisé le directeur de course.

Peu après l'arrivée, Renshaw qui s'attendait àêtre exclu, s'était justifié en précisant que Dean l'avait repoussé le premier. "Je ne sais pas pourquoi il a fait ça", avait expliqué l'Australien. "Soit il continue à aller vers la gauche, il me pousse dans les barrières et je tombe, soit je me penche vers lui. Je n'avais pas d'autre solution", avait-il ajouté. "Le tout c'est de sprinter tout droit."
De son côté, Dean s'est montré guère plus loquace sur cet épisode lors duquel il ne semble pas non plus irréprochable. "J'ai passé Renshaw  et je voulais rester à pleine vitesse, il n'a pas eu  l'air d'apprécier. Je n'ai fait aucun mouvement. La seule chose dont je me  souvienne ensuite, c'est qu'il se penche sur moi et me tape avec la tête", a raconté le Néo-zélandais.

"Tout était parfait, a estimé pour sa part, Tyler Farrar, le sprinteur de Dean. Julian était super, il  m'emmène dans la roue de Cavendish à 500 mètres de la ligne. Quand +Cav+ a lancé  son sprint, Renshaw  part à gauche, coupe la route, je dois mettre la main sur  son dos pour ne pas tomber. On ne peut pas faire un geste comme ça, c'est  dangereux", a estimé le coureur de Garmin. "Ils (Columbia) ont le meilleur sprinteur du monde, ils n'ont pas besoin de  rouler comme ça, il faut penser à la sécurité de tout le monde", a-t-il ajouté.

L'exclusion d'un coureur pour un fait similaire n'est pas une première. En 1997, le Belge Tom Steels avait été exclu après avoir jeté son bidon sur Frédéric Moncassin dans un sprint massif à Marennes d'Oléron.

Romain Bonte