Gilbert et Hervé Duclos-lassalle TDF 2011
Gilbert Duclos-Lassalle et son fils, Hervé | DR

Rencontre avec les Duclos-Lassalle père et fils

Publié le , modifié le

Originaires de Pau, Gilbert Duclos-Lassalle et son fils Hervé s’apprêtent à retrouver leurs terres. A cette occasion, ils ont accepté un petit face à face pour confronter leur point de vue sur la première semaine du Tour, l’incursion dans les Pyrénées et ce qu’on peut attendre des leaders. Morceaux choisis.

Ce matin, tout le monde dit que le Tour commence vraiment aujourd’hui. Avez-vous trouvez la première semaine ennuyante ?

Gilbert : « La première partie était pour les sprinteurs et les puncheurs mais on ne s’est pas ennuyé. On a vu de magnifiques arrivées d’étape, on a vu un Philippe Gilbert extraordinaire Mais c’est vrai que le Tour commence vraiment aujourd’hui car on arrive à la première étape de montagne. Alberto Contador a 1 minute 40 à rattraper et, avec l’arrivée à Luz-Ardiden, il va nous donner, à nous les anciens, de indices pour savoir s’il va être bien pour la fin du Tour ou s’il va passer de l’autre côté des Pyrénées et rentrer chez lui. Maintenant, les leaders vont vraiment commencer à s’expliquer. »

Hervé : « C’est sûr que les leaders vont s’expliquer mais je ne pense pas que Contador attaque aujourd’hui. Je ne le sens pas au top de sa forme et, du coup, je pense qu’il va repousser au maximum. Je vois plus une attaque des autres favoris et lui essayant de suivre. En ce qui concerne la première semaine. Je l’ai trouvé super, avec de belles arrivées. C’est différent des autres années où les arrivées étaient plus stéréotypées, avec des sprints tous les jours. »

Alberto Contador va-t-il être à la hauteur dans les Pyrénées ?

Gilbert : « Il y a 4-5 arrivées au sommet. Il faut donc que Contador reprenne 30 secondes à chaque fois pour revenir à égalité des autres. Si ce n’est pas le cas, il lui faudra se méfier d’Andreas Klöden, de Cadel Evans … Tout le monde attend les frères Schleck, mais je serai à leur place, je n’attaquerais pas aujourd’hui. Je laisserais venir plutôt que d’aller prendre un maillot qu’il faudrait ensuite défendre longtemps. A leur place, j’attendrais le Galibier. »

Hervé : « Au sujet de Klöden, je suis assez d’accord … après, il a chuté il y a deux jours et il serait apparemment un peu abîmé. C’est une info de l’équipe RadioShack donc il faut peut-être se méfier. Ce qui est sûr, c’est qu’au vu des images, il semble fort. Evans semble bien lui aussi. On ne parle pas trop de Basso donc je ne sais pas trop quoi en penser. Et puis, il y a Samuel Sanchez qui devrait répondre présent à Luz-Ardiden. »

Un français peut-il faire quelque chose dans les Pyrénées ?

Gilbert : « Si un Français fait quelque chose dans les Pyrénées, c’est qu’il sera parti de loin. On peut penser à Sylvain Chavanel ou encore David Moncoutié. »

Hervé : « Sylvain Chavanel, c’est possible. En tant que champion de France, il a eu un nouveau vélo et, connaissant Sylvain, ça peut le motiver ! Il faudra aussi garder à l’œil Thomas Voeckler car il va vouloir défendre son maillot. Il sera fort mais uniquement dans le final. »

Et c’est comment Luz-Ardiden ? Hervé avait l’air de dire que c’était plutôt facile ….

Hervé : « T’as fait deux, ça prouve bien que ce n’est pas si dur que ça … (rires) »

Gilbert : « C’est vrai que j’ai fait deuxième (rires) … Je n’étais pas un pur grimpeur mais l’arrivée à Luz-Ardiden n’est vraiment pas facile, notamment dans le dernier kilomètre avec les virages. On verra ce soir comment les coureurs s’en seront sortis. »

Isabelle Trancoën