Rafael Nadal
Le Majorquin a impressionné contre Robin Soderling en quart de finale | AFP - PATRICK KOVARIK PATRICK KOVARIK

Rafa retrouve sa ‘grinta’

Publié le , modifié le

Loin de son meilleur niveau depuis le début de la compétition, Rafael Nadal a su hausser son niveau de jeu en quart de finale pour dominer Robin Soderling : 6-4, 6-1, 7-6 (7/3) en 2h35. Si la méthode n’est pas encore irréprochable, le Majorquin s’invite en demi-finale des Internationaux de France pour la sixième fois de sa carrière. Il y rencontrera Andy Murray tombeur à l'usure de Juan Ignacio Chela.

Il était attendu pour son grand oral. Et il n’a pas manqué son entretien. Face à Robin Soderling, double finaliste de l’épreuve et épouvantail du tableau masculin, Rafa s’est une fois de plus bagarré pour s’imposer 6-4, 6-1, xx. Subissant les bourrasques du court Philippe Chatrier le quintuple vainqueur de l’épreuve a répondu présent. Beaucoup l’annonçait vaincu avant le début de la rencontre mais « Rafa » s’est dépassé pour écarter de sa route les frappes de plomb suédoises.
Le scénario de la rencontre s’est rapidement dessiné. Profitant des erreurs de son adversaire et s’appliquant à tenir la balle dans le court, Rafael Nadal se détachait rapidement pour mener 3-1, avec un double break en poche. Si le Suédois refaisait une partie de son retard, il n’empêchait la perte de la première manche : 6-4 en 49 min.
Sous les 22° du Court Central, l’Espagnol déroulait son tennis dans la deuxième manche. Il breakait rapidement à (1-1). Laissant son adversaire sans réaction, il s’envolait dans le set pour conclure 6-1 en 36 minutes. Il est vrai que Soderling a laissé filer la fin de la manche pour se concentrer sur le troisième set. « Je m’attendais à plus de répondant » chuchote t-on en tribunes. 

Soderling tout proche d'offrir un 4e set

Le répondant va arriver. Au début du troisième set le numéro 5 mondial se révolte. S’il se fait ravir son service à 1-0 il recolle très vite. S’ensuit un mano à mano où les deux joueurs tiennent leur mise en jeu. A 5-5, Nadal est en souffrance et offre trois balles de break. Il les sauve toutes, avec la rage de vaincre qui le défini le mieux. Sans solution face aux services supersonique de Soderling, les deux hommes ont abouti à un tie-break inéluctable, devant un public ravi de voir le match s’équilibrer.
Mieux parti que Nadal, le Suédois lui offrait pourtant deux points sur un plateau, grâce à une double faute et un coup droit dans le filet. Sous la pression, le Majorquin serrait quand même le jeu. A 5-3, il obtenait sa première balle de match sur un coup droit "lasso" dont il a le secret. La première fut la bonne. « Je suis fatigué mentalement » reconnaissait-il avant la rencontre. Pourtant, sur le court, l’Espagnol a montré sa plus grande détermination pour s’imposer. Comme à sa plus grande époque. Moins impitoyable dans les échanges, il s’impose une fois de plus en trois sets : grâce à sa volonté.En demi-finale, il retrouvera Andy Murray, vainqueur à l'usure de Juan Ignacio Chela. L'Espagnol mène (10-4) dans leurs confrontations directes. Surtout, il n'a jamais perdu face au Britannique sur terre battue en trois rencontres !

Rafael Nadal: "C'était beaucoup mieux"

Q: Il y a deux jours vous aviez dit que vous ne jouiez pas assez bien pour gagner le tournoi. Et maintenant?
R: "Je ne sais toujours pas. Ce que je sais c'est que je joue assez bien pour être en demi-finale. J'y suis. Ca fait six fois ici à Roland-Garros et croyez-moi que c'est quelque chose de facile à dire mais de très difficile à faire. C'est un résultat fantastique pour moi, surtout lorsqu'on se rappelle dans quelles conditions j'ai abordé le tournoi, en ne jouant pas bien. Aujourd'hui c'était bien, beaucoup mieux que lors de mes précédents matches. Je ne sais pas si je vais gagner le tournoi. Battre le N.5 mondial et le double finaliste sortant suffit pour l'instant à mon bonheur. Pour le reste, on verra."

Q: Le seul bémol est-il d'avoir eu du mal à conclure la partie?
R: "Vous ne pouvez pas attendre que je gagne un quart de finale de Roland-Garros 6-1, 6-1, 6-1. J'ai évolué à un très haut niveau jusqu'à 2-0 au troisième set. Sans une décision de l'arbitre avec laquelle je ne suis pas d'accord, j'aurais même pu mener 3-0. J'ai fait quelques erreurs. Mais je retiens surtout le bon tie-break que j'ai gagné après avoir perdu le premier point. C'est positif d'avoir vécu une fin de set serrée, d'avoir pu ressentir un peu de pression. Ca va m'aider pour mon prochain match."

Q: Ce sera face à Andy Murray...
R: "Affronter Andy représente un grand défi à chaque fois. Il a un talent énorme, il a tout. Il défend, il attaque, il court... pour le battre, il faut que je sois à mon meilleur niveau. Il sort d'une superbe saison sur terre battue. C'est lui qui a été le plus proche de battre Djokovic cette saison, en demi-finale à Rome. Il arrive avec beaucoup de confiance. Il dit que sa cheville est douloureuse mais ça n'a pas l'air de le freiner. J'ai connu ça, ça fait mal oui mais ça n'a aucune influence sur le niveau de jeu. Je ne pense pas que ça va l'affecter vendredi. Ca n'aura pas d'impact sur notre demi-finale."

Voir la video