cyclisme Tom Boonen sprint 032010
Tom Boonen | AFP - Jaafar

Prudhomme: "Sélection logique"

Publié le , modifié le

Christian Prudhomme, directeur du Tour, a qualifié de "logique" la sélection des 22 équipes pour la Grande Boucle. Cette prochaine édition laisse une représentation française minimale au départ de Rotterdam le 3 juillet. "Le début de saison des autres équipes n'a pas chamboulé notre impression. Une équipe comme Saur-Sojasun s'est montrée à un bon niveau mais pas à un niveau tel pour que l'on puisse se passer du champion du monde. La sélection est logique."

"Le Tour s'internationalise"

Q: Le dernier ticket s'est-il joué entre l'équipe de Cadel Evans et les autres ?
R: "Dès lors que Cadel Evans avait signé (pour BMC), la tâche des autres équipes candidates se compliquait. Evans s'est classé deux fois deuxième du Tour et il est le champion du monde. Depuis longtemps, un champion du monde en titre n'était pas en mesure de viser le podium. C'était compliqué de se passer de lui et de sa formation. Dans la logique sportive, on aboutissait à ce résultat. Le début de saison des autres équipes n'a pas chamboulé notre impression même si on a vu des choses sympas. Une équipe comme Saur-Sojasun par exemple s'est montrée à un bon niveau mais pas à un niveau tel pour que l'on puisse se passer du champion du monde. La sélection est logique."

Q: Quatre équipes américaines, une britannique. Le virage vers un Tour anglophone est-il pris ?
R: "Le Tour reste le Tour de France. C'est la plus grande course du monde. Il n'y a pas de reniement du passé. Elle s'internationalise, c'est logique. Dans le football, les meilleurs joueurs français jouent le plus souvent dans les grands clubs étrangers. C'est plutôt l'absence de champions français qui se fait sentir."

Q: Du coup, on se retrouve avec un nombre moindre de coureurs français. Vous êtes-vous fixé un seuil minimal ?
R: "Trente à trente-cinq coureurs, ça me plaît bien. Cette année, on sera plus près de trente. Il faut bien comprendre que nous avons pris davantage d'équipes que ces dernières années -nous ne pouvons pas dépasser 200 coureurs, réglementairement, pour des questions de sécurité et c'est d'ailleurs une bonne chose- mais qu'à l'intersaison, on a eu affaire à des mouvements comparables au mercato en football. Armstrong avec RadioShack, Evans avec BMC... Cela crée de la richesse mais, évidemment, ça laisse des gens légitimement déçus."