Nia Ali
L'Américaine Nia Ali (3e en partant de la gauche), championne du monde en salle du 60m haies | JOHANNES EISELE / AFP

Premiers sacres à Sopot

Publié le , modifié le

Les championnats du monde d’athlétisme en salle, à Sopot (Pologne), ont livré leurs premiers verdicts ce samedi soir. Aucune médaille française, mais plusieurs sacres marquants comme celui d’Ashton Eaton dans l’heptathlon, d’Abeba Aregawi sur 1500m, de Nia Ali sur 60m haies ou de Richard Kilty sur 60m.

60m (H)

Grosse surprise à Sopot, où Richard Kilty est devenu champion du monde en salle du 60m en l’absence des plus grands sprinters de la planète. Sélectionné suite au forfait de son compatriote James Dasaolu, le Britannique s’est imposé en 6’’49, devant l'Américain Marvin Bracy et le Qatari Femi Ogunode. Le Jamaïcain Nesta Carter est passé à côté de sa finale en ne terminant qu’à une décevante 7e place.

1500m (H&F)

Chez les hommes, le Djiboutien Ayanleh Souleiman s’est imposé avec autorité en menant le sprint aux 200m. Le médaillé de bronze sur 800m à Moscou, l’été dernier, a devancé en 3’37’’52 l’Ethiopien Aman Wote et le tenant du titre marocain Abdalaati Iguider. Le suspense était encore moindre chez les dames puisqu'Abeba Aregawi s’est littéralement baladée, faisant toute la course seule en tête. La Suédoise, d’origine éthiopienne, a été suivie par l'Ethiopienne Axumawit Embaye et la Marocaine Rababe Arafi.

400m (H&F)

Grâce à une incroyable accélération dans le final, l'Américaine Francena McCorory est devenue championne du monde en salle du 400m en 51’’12, devant la Jamaïcaine Kaliese Spencer (51.54) et l'athlète des Bahamas Shaunae Miller. Côté hommes, c’est le champion d’Europe en titre de la discipline, Pavel Maslak, qui s’est imposé en 45’’24 (nouveau record national). Le Bahaméen Chris Brown et l'Américain Kyle Clemons complètent le podium.

Francena McCorory à l'arrivée de son 400m victorieux
Francena McCorory à l'arrivée de son 400m victorieux

60m haies (F)

La grande favorite de la discipline, l’Australienne Sally Pearson, a été détrônée par l’Américaine Nia Ali, qui a établi son nouveau record personnel (7’’80). La championne olympique du 100m haies il y a deux ans doit se contenter de la deuxième place, devant la Britannique Tiffany Porter. La Française Cindy Billaud est passé tout près d’un podium, mais un mauvais départ la repousse à la 4e place.

Heptathlon (H)

S’il n’a pas battu son record du monde (pour 13 petits points), l’Américain Ashton Eaton a confirmé sa domination sur l’heptathlon mondial en conservant son titre sans coup férir. Il a devancé le Bélarusse Andrei Krauchanka et le le Belge Thomas Van der Plaetsen.

Triple saut (F)

Pour un petit centimètre (14,46cm), la Russe Ekaterina Koneva a été sacrée championne du monde de triple saut en salle, devant la favorite ukrainienne Olha Saladukha.

Saut en longueur (H)

Pari réussi pour Mauro Vinicius Da Silva, qui a conservé son titre de champion du monde en salle de la longueur, avec un ultime saut à 8,28m. Le Chinois Jinzhe Li (8,23m) et le Suédois Michel Torneus (8,21m) prennent respectivement l’argent et le bronze, au grand dam du favori russe Aleksandr Menkov, 5e mais apparemment blessé.

Mauro Vinicius Da Silva entre ses dauphins
Mauro Vinicius Da Silva entre ses dauphins

Saut à la perche (H)

C’est sous les yeux de Renaud Lavillenie, spectateur averti en Pologne, que Konstadinos Filippidis s'est offert le premier grand titre de sa carrière, en passant 5,80m du premier coup. Le Grec a ainsi relégué l’Allemand Malte Mohr et le Tchèque Jan Kudlicka aux places d’honneur.

Lancers de poids (F)

Seule athlète à dépasser le seuil des 20m (20,67m), la Néo-Zélandaise Valerie Adams a facilement conservé son titre de championne du monde en salle du poids, devant l'Allemande Christina Schwanitz et la Chinoise Lijiao Gong.

Saut en hauteur (F)

La plus haute marche du podium de la hauteur a été partagé entre la Russe Maria Kuchina et la Polonaise Kamila Licwinko, qui ont toutes les deux franchi 2m du premier coup. Ayant passé cette barre au second essai, l’Espagnole Ruth Beitia a dû se contenter du bronze.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer