Roger Federer grand écart Roland-Garros 05 2010
Roger Federer a déroulé lors de son premier match sur la terre battue parisienne | Isabelle Trancoen

Premier test pour Federer

Publié le , modifié le

Roger Federer affronte Feliciano Lopez au premier tour de Roland-Garros ce lundi. Même si Lopez n’est pas un terrien pur et dur comme la plupart de ses compatriotes, il s’agit d’un examen d’espagnol pour le Suisse qui espère toujours reconquérir le seul tournoi du Grand Chelem qu’il n’a gagné qu’une fois.

Il y a trois semaines, Feliciano Lopez passait tout près d’éliminer précocement Roger Federer au Masters 1000 de Madrid mais il échouait finalement au jeu décisif de la troisième manche. Attaquant racé, gaucher élancé et doué, le Madrilène possède d’indéniables qualités pour bien jouer sur surfaces rapides ou sur une brique pilée bien sèche ce qui est le cas pour le moment Porte d’Auteuil. Il peut croire en ses chances face à un Suisse moins redouté qu’avant. Pour la première fois depuis sept ans en Grand Chelem, Roger Federer n'est pas l'un des deux grands favoris du tournoi. 

Le 17e Majeur se fait attendre

Dans l'ombre du Serbe Novak Djokovic et de l'Espagnol Rafael Nadal, le N.3 mondial aborde la quinzaine dans une position inédite qui n'a rien à voir avec 2010 lorsqu'il était arrivé à Paris avec la double étiquette de tenant du titre et de N.1 mondial. Le Suisse trouve ce nouveau statut confortable mais c'est évidemment aussi un témoin de son recul sur l'échelle des cadors, lui qui a perdu ses deux rencontres face à Nadal et ses trois rendez-vous avec Djokovic cette année. En Grand Chelem, il court après sa 17e victoire depuis son sacre à l'Open d'Australie en janvier 2010 et il n'a même plus atteint une finale depuis.

Sur son seul talent, unique, Federer est toujours capable de tout et son tableau, passé un premier tour dangereux face à l'Espagnol Feliciano Lopez, n'a rien d'un champ de mines avec comme adversaires potentiels le Serbe Janko Tipsarevic au troisième tour, le Suisse Stanislas Wawrinka en huitièmes ainsi que l'Espagnol David Ferrer ou le Français Gaël Monfils en quarts de finale. Le Suisse a également été heureux d'apprendre qu'il figure dans la moitié de tableau de Djokovic, qu'il pourrait retrouver en demi-finale, plutôt que dans celle de Nadal contre qui il présente un bilan nettement moins favorable. De là à parier sur une double victoire contre « Djoko » puis « Rafa », il y a un pari que très peu de gens peuvent prendre…