Légalisé depuis février, art martial hybride... ce qu'il faut savoir sur le MMA avant le premier combat en France

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
La discipline du Mixed Martial Arts (MMA) sur la voie du développement en France
La discipline du Mixed Martial Arts (MMA) sur la voie du développement en France | AFP - Pavel Lisitsyn / Sputnik

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Sept mois après avoir été rendu légal en France, le MMA fait ses débuts officiels dans l'Hexagone. Une première compétition a lieu ce jeudi à Vitry-sur-Seine avec six combats au programme, deux jours avant une réunion de treize combats à l'AccorHotels Arena. De plus en plus populaire dans le monde, cette discipline a longtemps été perçue négativement pas les instances tricolores. Qu'est-ce que le Mixed Martial Arts qu'elles craignaient tant ?

Après des années de lutte par ses pratiquants, le MMA va signer son acte de naissance jeudi en France. Légalisée le 7 février dernier par la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, ce sport de combat récent a été placé sous l'égide de la Fédération Française de boxe, alors que plusieurs organisations s'étaient portées candidates. Après de longs mois de préparation, cette discipline extrême va vivre ses premiers combats jeudi. A Vitry-sur-Seine, six rencontres vont mettre en opposition des combattants français à des adversaires du reste du monde. L'occasion de découvrir ce qu'est le MMA, dont la popularité internationale ne cesse de grandir.

• Qu'est-ce que le MMA ?

Le MMA, pour Mixed Martial Arts (littéralement Arts Martiaux Mélangés), c'est une sorte de best-of de tous les arts martiaux que l'on aurait assemblé pour en faire un seul et même cocktail surpuissant. Poings, pieds, genou, coude… une grande partie du corps est autorisée pour atteindre son vis-à-vis durant différentes phases de combat. Outre les coups, les phases de combats au sol comme au jiu-jitsu, alternent avec des échanges debout voire dans les airs comme on en retrouverait en boxe-thaï ou au karaté. L'image d'un sport où tous les coups sont permis est toutefois fausse puisque certaines règles évitent les coups bas, comme les coups au visage quand son adversaire est au sol, ceux par-derrière ou encore les morsures ne sont pas autorisées.

• Qui remporte un combat ?

Cette large palette de possibilité fait tout le sel de cet art martial hybride. Dans l'octogone caractéristique dans lequel se déroulent les combats, tous les profils peuvent ainsi s'exprimer, en fonction de leurs qualités et styles de combat, pas seulement sur leur physique. Le but est simple : dominer son adversaire et le mettre au tapis. Le plus simple et spectaculaire reste bien entendu le K.O., façon boxe. Tout aussi technique, la soumission par immobilisation rappelle les mouvements de judo comme les clés de bras ou d'épaule. Enfin, l'arbitre peut aussi décider, comme dans n'importe quel sport de combat, du sort du combat durant ou au terme des trois rounds de cinq minutes.

• Qui fait vivre le MMA ?

La France s'est longtemps montrée hésitante à faire le pas vers cette discipline impressionnante visuellement. Les Etats-Unis, le Japon, ou le Brésil en sont, eux, totalement fous. La plus grande organisation de MMA, l'UFC (l'Ultimate Fighting Championship) enregistre des bénéfices monstrueux en billetterie et sponsoring. Ces stars comme Khabib Nurmagomedov ou Connor McGregor sont devenues des icônes planétaires. Plusieurs Français comme Francis Ngannou ou Cheick Kongo ont réussi à percer loin de l'Hexagone et peuvent désormais envisager d'évoluer à domicile, alors que l'UFC lorgne sur le marché français depuis de longues années déjà. 

• Quels débuts en France ?

Pionnier tricolore de ce sport, Kongo sera d'ailleurs une des têtes d'affiche de la réunion samedi à l'AccorHotels Arena, soirée de lancement en grandes pompes avec treize combats au programme, organisés par Bellator, deuxième plus grosse organisation mondiale du MMA. A Vitry-sur-Seine ce jeudi, ils seront 600 privilégies en tribunes jeudi pour assister à ces débuts tant attendus.