Jo Planckaert portrait
Le Belge Jo Planckaert | DR

Planckaert : "J'aime les sprints massifs"

Publié le , modifié le

L'ancien routier-sprinteur Jo Planckaert n'a pas quitté le monde du vélo. Toujours présent dans l'entourage d'Omega Pharma Lotto, il évoque toujours avec passion son amour du sprint à l'ancienne. Et voir Voeckler en jaune à Paris ne serait pas pour lui déplaire...

Q : On va avoir droit à un sprint à Montpellier ?

R : « Oui, je le pense. C’est une étape facile. Après les Pyrénées, les coureurs sont cramés. Au début, il y aura une échappée de 6-7 coureurs. Dans le final, l’équipe de Cavendish et de Farrar vont rouler. On va avoir un sprint massif. Peut-être y aura-t-il une bordure sur la fin et il faudra faire attention pour les premiers du classement. »

Q : Vous êtes toujours aussi amoureux du sprint ?

R : « Oui, j’aime les vrais sprints massifs. Quand André Greipel a gagné contre Mark Cavendish à Lavaur, ça c’était un vrai sprint. Le meilleur sprint. C’est mieux que quand il y a une équipe qui roule en tête. Je préfère quand tout le monde a sa chance comme avant, comme trente ans passés. Tu dois prendre la bonne position, la bonne roue. Maintenant, à notre époque, c’est une équipe qui emmène et le sprint doit commencer aux 200 mètres. Quand tu as une bonne équipe, c’est un gros avantage »

Q : Thomas Voeckler peut-il gagner le Tour de France ?

R : « Voeckler, ce n’est pas une surprise. Dans le Dauphiné, il n’avait perdu que deux minutes sur Evans. C’est rien. Evans reste le favori mais peut-être qu’il peut gagner le Tour de France. Ce qui est sûr, c’est qu’il est candidat pour le podium à Paris. Les Contador, Schleck et Evans sont tous du même niveau. C’est plus comme avant avec un coureur qui attaque dans les trois derniers kilomètres et qui prend une ou deux minutes sur les autres. C’est bon pour le cyclisme. Et si c’est Français en jaune, ce sera bien. Surtout si les Belges continuent à gagner les étapes, c’est parfait ! »

Q : Jelle Vanendert meilleur grimpeur à Paris, c’est possible ?

R : « Tout à fait. Il a deux points d’avance sur Sanchez désormais. C’est déjà un succès. Avant le Tour, personne ne connaissait Jelle Vanendert. Sa grosse chance, c’est la chute de Jurgen Van Den Broek. C’est dur à dire mais c’était la meilleure chose pour lui sinon il aurait dû rouler pour son leader. Là il peut jouer sa chance comme il veut et gagner des étapes comme hier au Plateau de Beille. Pour le maillot on verrra mais c’est déjà un super Tour pour Omega Pharma Lotto. »