Michael Phelps
Michael Phelps | AFP - PETER PARKS

Phelps et Pellegrini en or, les Bleus en deça

Publié le , modifié le

Michael Phelps et Federica Pellegrini, les deux plus grandes stars de la natation mondiale, ont répondu présent en remportant respectivement le 200 m papillon et le 200 m nage libre. Les Français finalistes, eux, ont déçu : Camille Muffat, pourtant 3e, a nagé en dessous de ses performances et Sébastien Rouault s'est écroulé sur 800 m. Qualification en revanche pour la finale du 100 m pour Meynard et Gillot.

Même mal préparé, Michael Phelps reste un compétiteur hors-pairs. Arrivé à Shanghai sans véritable repères, le nageur de Baltimore avait vécu un début de compétition difficile (médailles de bronze sur le relai 4x100 et d'argent sur 200 m nage libre) et commençait sans doute à trouver le temps long, lui l'habitué de la plus haute marche des podiums. Alors Michael Phelps a enfin déployé ses ailes sur SA distance fétiche, le 200 m papillon. A la lutte avec le Japonais Matsuidi pendant 150 mètres, l'Américain réalise une dernière longueur phénoménale pour s'imposer nettement en 1'53'34. Loin de son record du monde mais peu importe. Michael Phelps conserve son titre et décroche sa 23e médaille d'or en championnat du monde ! Tout simplement monstrueux.

Federica Pelligrini, le pendant de Phelps chez les femmes, a elle aussi éclaboussé le bassin de Shanghai de toute sa classe sur 200 m. Et quelle classe ! Peu impressionnée par le départ canon de la Néerlandaise Heemskerk, l'Italienne gère parfaitement son effort et réalise une course en negative split (un deuxième 100 mètres plus rapide que le premier) qui met la concurrence loin derrière ! En 1'54''58, celle qui vient de réaliser le doublé 200/400 (comme aux Mondiaux de Rome) devance l'Australienne Kylie Palmer (1'56'04) et la Française Camille Muffat, 3e en 1'56''10.  "Je suis très heureuse de confirmer le résultat de Rome. J'ai parfaitement  suivi la tactique établie avec mon entraîneur (Philippe Lucas)", a expliqué à  la sortie du bassin l'Italienne, également championne olympique à Pékin (2008). Après avoir connu tous les titres ou presque avec Laure Manaudou, le coach français est bien parti pour parfaire sa collection de médailles avec cette diablesse d'Italienne...

Les Bleus entre déception et espoir

Le son de cloche est différent chez Camille Muffat que sa médaille de bronze ne parvient pas à combler. "C'est décevant, je pouvais faire mieux", soufflait la Française qui a nagé moins vite que son record personnel. "Je ne suis pas satisfaite de mon chrono, il faut que j'apprenne à mieux gérer ces compétitions internationales". La Niçoise, 21 ans, peut cependant se satisfaire d'avoir enfin répondu  présent dans un grand rendez-vous, ce qui avait été loin d'être le cas  auparavant dans sa carrière et d'avoir apporté une cinquième médaille pour le clan tricolore depuis le début des ces Mondiaux. Hélas, Sébastien Rouault, sur 800 m, n'a pas pu augmenter ce capital. Le Français s'est en effet complètement écroulé lors de la finale remporté par le Chinois Yan Sun...

Heureusement pour le clan français, William Meynard etFabien Gillot avaient frappé fort dans les demi-finales du 100 m un peu plus tôt dans la journée. Le premier a remporté sa série en 48'25 tandis que le second, seulement 8e en temps cumulé, se qualifie en dernière position pour seulement deux centièmes ! Dans l'autre demi-finale, le jeune Australien Magnussen a confirmé qu'il était bien l'homme à battre en devançant des pointures telles que Adrian ou Cielo. Entre la nouvelle terreur des bassins, un Cielo qui reste la référence, des Américains revanchards et les deux Français assoiffés d'or, la course reine promet énormément !

Voir la video

Julien Lamotte