peloton
Le peloton en montagne | JOEL SAGET / AFP

Peyragudes, dernier juge de paix

Publié le , modifié le

Au terme de cette 17e étape entre Bagnères-de-Luchon et Peyragudes, le Tour de France arrivera à la station de Peyragudes, hôte inédite d'un final de la Grande Boucle. Le port de Balès sera lui le dernier grand col de l'édition 2012. Une dernière chance de voir un peu spectacle et de panache.

Le parcours : Dernier acte montagneux

Le parcours de cette 17e étape forme une quasi-boucle de 143,5  kilomètres à partir de Bagnères-de-Luchon. Après le col de Menté (1re catégorie) au kilomètre 17, escaladé par son versant le plus  pentu, le col des Ares et la côte de Burs, une nouveauté dans le Tour, la course entre dans la vallée de la Barousse pour se diriger vers le sommet du Port de Balès (Hors catégorie), situé à 32 kilomètres de l'arrivée. La descente, compliquée, précède ensuite l'ascension de Peyresourde avant la montée finale, sur une nouvelle route, vers Peyragudes, un stade naturel à ciel ouvert. La station des Hautes-Pyrénées n'a encore jamais reçu le Tour. En revanche, elle a accueilli l'arrivée d'un contre-la-montre en côte de la Route du Sud gagné en 2010 par David Moncoutié.

Les enjeux : Faire des écarts ou éviter de les subir

Dans ces derniers reliefs du Tour 2012, certains ont tout intérêt à se porter à l'attaque s'ils veulent créer des écarts et assurer leur place ou grappiller sur les autres dans l'optique du contre-la-montre de Chartres. Pour ceux qui connaissent leur capacité dans cet exercice il s'agira de rester au contact dans un ultime effort pour sourire à Paris. Vincenzo Nibali (Liquigas), ultime menace de l'équipe Sky, verra dans ces dernières pentes pyrénéennes une ultime chance de faire vaciller le Maillot Jaune, maintenant que le podium lui est quasiment acquis. Ou de s'adjuger une étape, ce qui semble le plus vraisemblable. 

Héroïque hier, Thomas Voeckler tentera de valider définitivement son maillot à pois  gagné sur les routes du Tourmalet et de l'Aubisque. Largué au général, le Français sera encore un des animateurs de la course pour aller chercher des points dans le col de Menté et le Port du Balès. Son duel avec Fredrik Kessiakoff (Astana) sera l'un des moments clés de la journée. 

Le chiffre : 50

"Il n'y a pas un mètre de plat dans les 50 derniers kilomètres jusqu'à la  flamme rouge", s'est réjoui le directeur du Tour, Christian Prudhomme. Pour autant hier, les 100 kilomètres de montée au programme n'avaient pas empêché les favoris de s'endormir.

L'anecdote : Le saut de chaîne de Schleck

Dans la montée du Port de Balès classée hors catégorie (19,3 km à 6,1 %), empruntée pour  la première fois en 2007 quand il fut possible de basculer sur l'autre versant par une route goudronnée, Andy Schleck avait été victime d'un saut de chaîne  qui lui avait coûté le maillot jaune en 2010 et peut-être la victoire au final. Le début de polémique avec Alberto Contador qui avait attaqué au moment de l'incident mécanique reste l'un des moments forts du Tour 2010. 

Jerome Carrere