Sally Pearson
La grande joie de l'Australienne Sally Pearson | AFP - Olivier Morin

Pearson plus forte que la malédiction

Publié le , modifié le

Invaincue cette année en compétition. L'Australienne Sally Pearson est devenue samedi soir logiquement championne du Monde du 100m haies avec un temps exceptionnel de 12"28, quatrième meilleure performance de tous les temps. "Rien ne pouvait l’arrêter", même pas la malédiction du programme…

"Rien ne pouvait m’atteindre aujourd’hui. Personne ne pouvait m’arrêter", a indiqué la troisième de l'épreuve du 100 m haies de la Ligue de diamant 2010. Vice championne olympique à Pékin, elle se rapproche ainsi du record du monde de la Bulgare Yordanka Donkova en 12"21, établi en 1988. Une Sally Pearson qui n’avait essentiellement qu’elle-même à battre au départ de cette course. Mais une autre mission lui incombait. A l’affiche ce matin du programme quotidien, c’est elle qui devait briser la malédiction. Elle l’a fait.

Tous les athlètes dont la photo avait fait la couverture du programme officiel avaient échoué jusque là. Au premier jour de compétition, ce fut le cas du perchiste australien Steve Hooker, éliminé en qualifications. Au deuxième jour, ce fut le tour d'Usain Bolt, disqualifié pour faux départ en finale. Au troisième jour, Dayron Robles, détenteur du record du monde du 110 m haies, a été déchu du titre qu'il venait de conserver pour avoir accroché le Chinois Liu Xiang.

Au quatrième jour, la malédiction a frappé Yelena Isinbayeva. La perchiste russe n'est pas parvenue à sauter plus haut que 4m65. Jeudi, au sixième jour, c’est la Cubaine Yargeris Savigne qui est "tombée" à son tour. Vendredi, à l’occasion de la finale du 200m féminin, une photo montage mettait en avant les deux américaines Carmelita Jeter et Allyson Felix. Une finale s’offrant à la Jamaïquaine Campbell... Seule la marcheuse russe Kaniskina était passée entre les gouttes lors du cinquième jour mais course ne s'est pas déroulée dans le stade mais dans le centre ville de Daegu...

 Pearson est vraiment devenue, avec cette performance et la fin de ce mythe, une des grandes attractions de ces championnats...

Gilles Gaillard