Didier Gailhaguet (FFSG)
Didier Gailhaguet (FFSG) dans le collimateur de la ministre des Sports Roxana Maracineanu | PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Violences sexuelles dans le patinage : Didier Gailhaguet en appelle aux clubs de sa Fédération

Publié le , modifié le

Au lendemain de sa conférence de presse dans laquelle il assure ne pas vouloir démissionner, Didier Gailhaguet, président de la Fédération des sports de glace, a envoyé un courrier aux clubs, ligues et comités départementaux. Il réaffirme son intention d'attendre les conclusions de la mission d'inspection générale pour "en tirer les conclusions qui s'imposeront". Le dirigeant tente ainsi d'avoir le soutien des clubs et des licenciés, les seuls à même de le destituer si'l ne prend pas lui-même la décision.

La partie de poker se poursuit au sommet de la Fédération française des sports de glace. Tandis que Gilles Beyer, l'ex-entraîneur de patinage au cœur du scandale de violences sexuelles qui secoue sa fédération, a indiqué par la voix de son avocat se mettre à la disposition de la justice, Didier Gailhaguet poursuit sa défense. Au lendemain de sa conférence de presse au cours de laquelle il a plus attaqué qu'il ne s'est défendu, le président de la FFSG s'est tourné vers ses clubs, ses licenciés.

à voir aussi Violences sexuelles dans le patinage - Didier Gailhaguet : "Pas eu un seul cas pendant ma présidence qui n'a pas été traité" Violences sexuelles dans le patinage - Didier Gailhaguet : "Pas eu un seul cas pendant ma présidence qui n'a pas été traité"

Refusant toujours de céder à la pression de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, qui l'a enjoint à démissionner, Didier Gailhaguet tente de mener campagne auprès du public qui l'a élu, et qui se trouve donc le seul habilité à lui retirer son pouvoir. Dans son courrier, il déclare avoir "décidé de ne pas démissionner dans l'immédiat", se plaint d'un "déferlement médiatique sans précédent" et d'"allégations, des amalgames et des inexactitudes", réaffirmant qu'il n'était pas au fait des agissements de Gilles Beyer. Et il assure aussi qu'il attend les conclusions de la mission d'inspection générale pour "en tirer les conclusions qui s'imposeront." Face à la menace de retrait de la délégation, plus lourde sanction applicable depuis le ministère, il rassure son auditoire : "Toutes les compétitions seraient nécessairement assurées."

Patinage