Le patinage artistique français au coeur d'un scandale
Le patinage artistique français au coeur d'un scandale | AFP

Violence sexuelles dans le patinage : 4 des 16 membres du bureau de la FFSG ont démissionné

Publié le , modifié le

En désaccord avec le maintien en poste de leur président Didier Gailhaguet, quatre des seize membres du bureau exécutif de la Fédération française des sports de glace (FFSG) ont démissionné. Cette décision intervient en plein scandale de violences sexuelles dans le patinage alors que M. Gailhaguet a convoqué une conférence de presse à 14h30 ce mercredi pour faire des révélations, "documents à l'appui".

Une semaine après les révélations de Sarah Abitbol et de plusieurs autres anciennes patineuses, le patinage français est en pleine tourmente. Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, au centre de la polémique, a déclaré mardi soir qu'il ne prendrait pas de décision sur une éventuelle démission avant la fin de l'inspection administrative à venir, annoncée la veille par la ministre des Sports, Roxana Maracineanu. Une décision qui a divisé les dirigeants de l'institution. En effet, quatre membres du bureau exécutif de la FFSG ont démissionné suite à la réunion extraordinaire qui s'est déroulée mardi soir. 

Les quatre démissionnaires sont Jean-Bernard Hamel, trésorier depuis 2011 et ancien juge international de danse sur glace, qui a officié notamment aux JO 1998, Christophe Lambert, ancien président de la Ligue régionale de Bourgogne, Alban Préaubert, le président de la commission de patinage artistique, et enfin Pascal Henry, président de la commission des sports extrêmes, a précisé à l'AFP ce dernier.

à voir aussi Violences sexuelles dans le patinage : Gilles Beyer exclu du club des Français volants Violences sexuelles dans le patinage : Gilles Beyer exclu du club des Français volants

"Ce qui m'a poussé à prendre cette décision, c'est que Gailhaguet ne démissionnait pas"

Président du club de Louviers et de la Ligue de Normandie, Pascal Henry faisait partie du bureau exécutif de la FFSG depuis deux ans. "Ce qui m'a poussé à prendre cette décision, c'est que Didier Gailhaguet ne démissionnait pas. Pour moi, pour le bien du sport, du patinage, c'était une sage décision qu'il démissionne, c'est ce que je lui ai dit", a-t-il raconté à propos de la réunion extraordinaire du bureau exécutif qui s'est tenue mardi soir, au lendemain de l'appel à la démission lancé par la ministre des Sports Roxana Maracineanu.

Interrogé sur la position des autres membres, "le reste a pris la décision de suivre la décision de Didier Gailhaguet : attendre (la conclusion de) l'enquête administrative", a répondu Pascal Henry, en précisant qu'"il manquait une ou deux personnes" du bureau exécutif à cette réunion, sans les citer. M. Gailhaguet doit tenir une conférence de presse au siège de la fédération en début d'après-midi. Il a promis de faire des révélations, "documents à l'appui", une semaine après que l'affaire a éclaté.

Avec AFP
 

Patinage