Gabriella Papadakis
Gabriella Papadakis va mieux. | TORU YAMANAKA / AFP

Victime d’une commotion cérébrale, Gabriella Papadakis est de retour sur la glace

Publié le , modifié le

La jeune Française Gabriella Papadakis subit depuis fin août les conséquences d’une commotion cérébrale, suite à une chute sur la tête à l’entraînement. La partenaire de Guillaume Cizeron, championne d’Europe et du monde de danse, va mieux. Mais les symptômes persistent et l’obligent à repousser son début de saison.

Gabriella Papadakis a eu le plaisir de retrouver les sensations de la glace à Montréal, cette semaine. La jeune femme de 20 ans est de retour à l’entraînement, trois semaines après cette terrible chute sur la tête, qui lui a causé une commotion cérébrale. Ce dont elle ne s’est rendue compte que trois jours après : « Je suis sortie de la glace après être tombée et au bout d'une  demi-heure je me suis dit: ‘bon ça va, je suis un peu fatiguée mais je peux  repatiner’. Les coaches m’ont dit de rentrer chez moi. Toute la journée j'étais vraiment fatiguée. Je suis allée faire un tour  dehors pour m'acheter des trucs à manger et là je me suis rendue compte que ça  n'allait vraiment pas. Et ça s'est aggravé au fil des jours. Ce n'est que trois jours après que je me suis dit que devais peut-être aller à l'hôpital. » Bilan : un dysfonctionnement cérébral, qui handicape son quotidien.

Les premiers moments ont été difficiles : « Pendant deux semaines et demie, je n'ai rien fait du tout. Vraiment rien ! Je ne savais pas qu'on ne pouvait rien faire à ce point-là. Je  vis seule, j'étais censée ne pas lire, ne regarder aucun écran. Des fois  j'allais sur l'ordinateur pour passer le temps mais au bout de cinq minutes  j'avais l'impression de m'être brûlée les yeux. Je dormais, je prenais des bains  de trois heures, je me déplaçais de ma table à mon canapé, de mon canapé à mon lit,  de mon lit à ma table. C’est tout."

"Je perds l'équilibre et j’ai aussi des problèmes de mémoire"

Aujourd’hui Gabriella Papadakis travaille avec un neurologue, pour rééduquer son cerveau. Les séances ne sont pas de tout repos : « c'est extrêmement éprouvant, je me relève avec difficultés et je dois attendre  20 minutes avant d'être capable de marcher. Et je me sens comme un légume pendant plusieurs heures après ». Près d’un mois après cette chute, la Française subit encore les symptômes de sa chute : « J’ai encore du mal à me concentrer, la lumière me fait mal. Dès que je suis fatiguée, je perds l'équilibre et j’ai aussi des problèmes de mémoire ». Son caractère a également changé : « Je suis devenue très émotive. Je pleurais pour un rien, ou je m’irritais très facilement. Ça revient quand je fatigue ».

En revanche, elle avoue que son corps va mieux. La preuve, la voilà de retour sur la glace.  « Tant que ça ne tourne pas, ça va ». La rentrée du couple qu’elle forme avec Guillaume Cizeron était prévue pour le moment les 9 et 10 octobre prochains, pour le Masters d’Orléans. « C'est mieux  de prendre le temps de guérir plus plutôt que de forcer les choses. On a du retard, mais ce n’est pas comme si ça m’était arrivé quinze jours avant les Mondiaux», préfère positive la jeune patineuse.  Le duo champion du monde en titre devrait faire sa rentrée au plus tôt au Trophée Bompard  à Bordeaux (13-15 novembre).