Peizerat veut la présidence de la FFSG

Peizerat veut la présidence de la FFSG

Publié le , modifié le

L'ancien champion olympique de danse sur glace, Gwendal Peizerat, s'est lancé officiellement dans une candidature pour prendre la tête de la Fédération française des sports de glace face à un système qu'il dit "sclérosé" par son actuel président, Didier Gailhaguet. Très critiqué, ce dernier est sorti des Jeux Olympiques de Sotchi sans avoir ramené la moindre médaille, ce qui était déjà le cas à Vancouver en 2010 et à Turin en 2010. Les élections auront lieu les 20 et 21 juin prochains.

Gwendal Peizerat est le dernier médaillé olympique de la Fédération française des sports de glace (FFSG). Depuis Salt Lake City, en 2002, aucun patineur, artistique ou de vitesse, n'est parvenu à remonter sur un podium olympique. En bronze voici douze ans avec Marina Anissina en danse, Peizerat a décidé de briguer la présidence de la Fédération. "On sent une grosse vague pour qu'on fasse bouger un système qui s'est  sclérosé au fil du temps. Clairement j'ai le bonheur d'être choisi par une  grande partie de gens qui veulent faire changer les choses pour représenter  cette candidature", a-t-il expliqué à l'AFP.

A 41 ans, il s'attaque à Didier Gailhaguet, président depuis 2007 après l'avoir déjà été de 1998 à 2004. "Il faut que les présidents de club reprennent conscience du pouvoir qui  est le leur. Beaucoup critiquent les coûts toujours supérieurs des licences et  une absence d'accompagnement fédéral. C'est eux qui ont mis ce système en place  et c'est eux qui peuvent faire en sorte que ça s'arrête". Et de déplorer tout le "travail qui n'est plus fait par Didier Gailhaguet": "Tous ceux qui ont essayé d'y aller ont été découragés, dégoûtés, humiliés  par un président qui ne transmet pas, ne laisse pas la place et bloque le  système depuis 20 ans. Aujourd'hui cet espoir est là et c'est  possible. Je suis là pour rassurer ceux qui reçoivent intimidations, menaces ou  à qui on dit: il n'a aucune chance. C'est faux".

Gwendal peizerat annonce avoir le soutien de plusieurs grands noms du patinage artistique: Philippe Candeloro, Sarah Abitbol, Stéphane Bernadis, Stanick Jeannette et Alban Préaubert. "Que ce soit au niveau des équipements, des pratiquants ou de  l'encadrement, il y a beaucoup de choses à faire, à inventer et à reprendre",  insiste-t-il. "Tout ça nous permettrait de redevenir une grande nation des  sports de glace. Il a été dit que nous étions devenus une petite nation des  sports de glace, et ça, c'est la pire des choses que j'aie pu entendre".

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Patinage