Julian Alaphilippe

Julian Alaphilippe, le maillot jaune jusqu’à Nice

Publié le , modifié le

Un jour, Julian Alaphilippe gagnera une grande course. C’est une certitude. Le Français est capable de briller sur les Ardennaises, mais aussi sur des épreuves comme Paris-Nice. Après trois années au plus haut-niveau, celui qui appartient déjà au gotha mondial sait qu’il lui manque encore un succès de prestige, pour définitivement appartenir à la caste des grands champions. Et si la Course au soleil lui souriait jusqu’au bout, cette fois ?

Il est, avec Warren Barguil et Romain Bardet, un des chouchous du public français. « Alaf », comme il est surnommé, est un sourire sur pattes. Toujours poli, prêt à faire plaisir aux enfants en se prêtant au jeu des photos et des autographes… le Montluçonnais n’a pas changé, depuis ses jeunes années passées à la caserne militaires de Saint-Germain en Laye. Et pourtant, à 25 ans, il fait déjà partie des meilleurs coureurs du monde.

A tel point qu’on a bien cru qu’il nous ramènerait le maillot de champion du monde, en octobre dernier. Le Français y était presque. Sur les Ardennaises, il n’est pas loin non plus, comme en témoignent ses nombreux podiums sur la Flèche Wallonne, ou à Liège. Sur Paris-Nice aussi, le puncheur de Quick Step Floors a été à deux doigts de décrocher le gros lot.

Julian Alaphilippe, la star du jour à Paris-Nice
Julian Alaphilippe, la star du jour à Paris-Nice © Philippe LOPEZ / AFP

C’était l’an dernier. 2e de la première étape. Vainqueur le 4e jour, tout en prenant le maillot jaune de leader du classement général. Julian Alaphilippe n’a finalement rendu sa tunique qu’à la veille de l’arrivée finale. 5e du classement général, le Français avait illuminé la semaine, si bien qu’on voyait en lui le potentiel successeur de Laurent Jalabert, dernier vainqueur tricolore du classement général… en 1997. 

Après les championnats du monde de Bergen, « Alaf » a pris le temps de décompresser, au sein de sa famille dont il est si proche. C’est en Colombie, bien loin de la pression européenne, qu’il est parti débuter sa saison. Avec son « Wolf Pack » (traduisez « meute de loups),   le Français a brillé en y remportant une étape, au nez et à la barbe de Quintana et Henao. Quatrième du classement général du Tour d’Abu Dhabi la semaine dernière, Julian Alaphilippe monte tout doucement en puissance. Avant de briller sur la Course au soleil ?  

Le parcours (du 04 au 11 mars) : 

1re étape  Chatou – Meudon    
2e étape  Orsonville – Vierzon        
3e étape  Bourges – Châtel-Guyon    
4e étape  La Fouillouse – Saint-Étienne        
5e étape  Salon-de-Provence – Sisteron    
6e étape  Sisteron – Vence        
7e étape  Nice – Valdeblore        
8e étape  Nice – Nice

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou