Tai Cheau Xuen
Tai Cheau Xuen a perdu sa médaille d'or | BAY ISMOYO / AFP

Troisième cas de dopage aux Jeux Asiatiques

Publié le , modifié le

La Malaisienne Tai Cheau Xuen a été privée de sa médaille d'or de wushu et a été exclue pour dopage des Jeux asiatiques. C'est la troisième athlète contrôlée positive depuis le début de la compétition.

Tai, 24 ans, a été contrôlée positive à la sibutramine (stimulant) le 20 septembre, après avoir décroché la première médaille d'or pour la Malaisie dans ces Jeux qui se déroulent à Incheon (Corée du sud), a précisé le Conseil olympique d'Asie (COA). "La concurrente a été disqualifiée de la compétition ainsi que des Jeux en général, son accréditation a été annulée et sa médaille lui a été retirée", détaille le COA dans un communiqué publié après l'analyse de l'échantillon B qui a confirmé celle de l'échantillon A.

Dopée... pour un traitement de beauté

La semaine dernière, le COA a déjà exclu pour dopage le joueur tadjik de football Khurshed Beknazarov, 20 ans, contrôlé positif à la méthylhéxanéamine (stimulant) et la joueuse de soft tennis cambodgienne Yi Sophany, 19 ans, également positive à la sibutramine. Yi a expliqué avoir pris de la sibutramine dans le cadre d'un traitement de beauté et les organisateurs ont confirmé que le produit n'aurait vraisemblablement pas amélioré sa performance. Mais, tenus par le règlement de l'Agence mondiale antidopage (AMA), ils ont été obligés de l'exclure.

AFP

Omnisport