Saut d'obstacles - Henk Nooren assume une part de l'échec olympique

Publié le , modifié le

Henk Nooren, entraîneur-sélectionneur de l'équipe de France de saut d'obstacles, seulement 12e aux jeux Olympiques de Londres, prend sa part de responsabilité dans cet échec, estimant "ne pas avoir assez pris en compte que c'était les 1ers J0 pour les quatre cavaliers".

"On a essayé de penser à tout. La seule chose à laquelle on n'avait pas assez pensé c'était qu'il s'agissait des premiers JO pour les quatre cavaliers", a indiqué à l'AFP M. Nooren, dimanche à Fontainebleau où il assiste aux Championnats de France de CSO.  "C'est quelque chose que je prends sur moi. On n'a pas été assez présents, on aurait dû insister plus", a ajouté le 'coach' néerlandais, sous contrat jusqu'au 31 décembre 2012.

D'ailleurs, M. Nooren entend renforcer l'équipe avec un préparateur mental. "On en a besoin. C'est comme ça que j'avais fonctionné avec les autres équipes. Mais la France me paraissait tellement forte et les cavaliers n'en voyaient pas le besoin", a rappelé le responsable. Avec le recul, Henk Nooren et son adjointe Sophie Dubourg auraient ainsi demandé aux cavaliers, alors en stage en Belgique, de participer au défilé de la cérémonie d'ouverture pour s'imprégner de l'ambiance et de l'importance de l'événement. 

Serge Lecomte, président de la Fédération française d'équitation (FFE), avait été plus magnanime vendredi, estimant que la contre-performance -la France, vice-championne du monde et d'Europe ne parvenant pas à se qualifier pour la seconde manche de la Coupe des nations- n'était pas lié à "un problème de fond". La malchanche n'avait pas épargné les +vestes bleues+ lors de la première manche. Ainsi le Lorrain Simon Delestre, qui ouvrait pour la France, avait cassé l'ardillon (double anneau métallique) d'une rêne deux obstacles avant la fin de son parcours, jusqu'alors sans faute. 

"Justement, tu dois être assez fort mentalement dans la malchance", a remarqué M. Nooren. Pénélope Leprévost avait ensuite sombré en selle sur l'étalon gris Mylord Carthago, précipitant l'élimination de l'équipe. L'amazone avait pourtant été double sans faute quatre semaines auparavant lors du succès tricolore dans la prestigieuse Coupe des nations d'Aix-la-Chapelle (Allemagne). Puis elle a confirmé sa valeur en remportant il y a une semaine l'étape du Global Champions Tour (GCT) à Vienne (Autriche).

Victor Patenôtre

Omnisport