Louri Ganous
Louri Ganous | AFP

Dopage : le patron de la Rusada s'attend à la suspension recommandée par l'AMA

Publié le , modifié le

Le comité de conformité de l'agence mondiale antidopage (AMA) a rendu ce lundi ses recommandations quant à la situation de la Russie, privée de participation aux compétitions d'athlétisme depuis 2015. Jugeant que l'agence antidopage russe ne répond toujours pas aux critères de l'AMA, elle demande une suspension de quatre ans de toutes les grandes compétitions internationales. Le chef de l'Agence Antidopage Russe (Rusada) a déclaré dans la foulée s'attendre à ce que de telles sanctions soient appliquées.

La Russie verra-t-elle les Jeux olympiques 2020 ? Tokyo s'éloigne pour les athlètes russes après la publication des recommandations du comité de conformité de l'agence mondiale antidopage (AMA), qui demande une suspension de quatre ans de toutes les compétitions internationales majeures. Ce comité indépendant a jugé que l'agence antidopage russe refusait toujours de se soumettre aux critères de l'AMA, notamment à propos de la mise à disposition des échantillons des athlètes russes. La décision finale est dans les mains du comité exécutif de l'AMA, qui se réunira le 9 décembre à Paris. 

Des données "ni complètes, ni authentiques"

La principale critique vise l'incapacité de l'agence antidopage russe à fournir des échantillons des tests de ses athlètes dont l'authenticité ne puisse être remise en cause. "Les données de Moscou ne sont ni complètes, ni authentiques" écrit le communiqué de l'AMA. "Certains contrôles présumés positifs, et les preuves liées, ont été supprimés en 2016 ou 2017, après que le plan pour couvrir le dopage des athlètes russes ait été dévoilé par le Docteur Rodchenkov et confirmé par l'enquête du Professeur McLaren, précise également le communiqué. De plus, d'autres suppressions/modifications ont été faites en décembre 2018 et janvier 2019." La Russie est accusée d'avoir organisé et couvert un dopage massif de ses athlètes lors des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi en 2014. 

La participation sous drapeau neutre toujours possible

Le comité pointe également du doigt la fabrication de preuves pour faire accuser le docteur Grigory Rodchenkov, à l'origine de l'affaire, d'avoir lui-même falsifié les données pour faire chanter les athlètes russes. En conséquence, le comité de révision de la conformité demande à ce qu'aucun athlète russe ne puisse participer à un "événement majeur organisé par un signataire du code de l'AMA" sous le drapeau de la Russie. Cette sanction pourrait donc également s'appliquer à l'Euro 2020 et la Coupe du monde 2022. Les athlètes n'ayant jamais été contrôlés positifs et acceptant de se soumettre à un règlement particulier pourront participer sous bannière neutre, comme c'est le cas en athlétisme depuis 2015. La Russie perdrait également toute possibilité d'accueillir un événement, ou de se voir attribuer un événement, pendant cette période. 

La Rusada s'attend à des sanctions

Interrogé par l'AFP, le patron de l'Agence antidopage russe (Rusada), Iouri Ganous, s'est montré pessimiste en évoquant la suite de ce dossier. Il a déclaré s'attendre à ce que l'Agence mondiale antidopage (AMA) suive les recommandations de son comité indépendant et suspende la Russie pour quatre ans des futures compétitions sportives.  "C'est la réalité", a-t-il déclaré à l'AFP. "Pour quatre ans de plus, nous nous plongeons dans une nouvelle crise antidopage", a estimé M. Ganous.

Un comité indépendant de l'Agence mondiale antidopage (AMA) a recommandé lundi une suspension de quatre ans de la Russie des futures compétitions sportives pour avoir falsifié des données de laboratoire transmises aux enquêteurs de l'Agence. Si cette recommandation était acceptée par le comité exécutif de l'AMA, qui se réunit à Paris le 9 décembre, la Russie ne pourrait pas participer aux prochains Jeux olympiques (JO) d'été et d'hiver 2020 et 2022, aux JO de la jeunesse et aux Jeux paralympiques, selon un communiqué de l'AMA. "Nous avons beaucoup de problèmes dans le domaine du sport, mais le plus dur et le plus tragique est que nos sportifs sont devenus otages des actions des responsables sportifs" russes, a ajouté M. Ganous.

Avec AFP

France tv sport francetvsport

Omnisport