Mamadou Sakho vient d'inscrire le troisième but des Bleus face à l'Ukraine, synonyme de qualification pour la Coupe du monde 2014

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie

Publié le , modifié le

De 2010 à fin 2019, le sport a réservé son lot de grands moments faisant passer les athlètes de la joie à la tristesse, en passant par la colère et le stress. Les fans de sport, scotchés devant leur télévision ou présents lors de ces grands événements, ont également été de la partie en partageant ces instants d'émotion avec les athlètes. Retour sur dix années de victoires à en perdre la voix, de défaite à casser sa télévision ou encore de stress à s'en ronger les ongles.

Ces moments où on a hurlé de joie

La décennie 2010-2019 de sport, c'est avant tout dix années passées à crier de joie devant les exploits des sportifs, Français surtout dans cette catégorie, cocorico oblige.

"Les Experts" et le doublé aux JO (2012) : après avoir remporté la médaille d'or aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008, "les Experts" de Claude Onesta remettent ça quatre ans plus tard à Londres pour réaliser un doublé historique. En finale, après s'être défait de l'Espagne et de la Croatie en quarts et en demis, les Bleus retrouvent les Suédois, qu'ils ont déjà battus lors de la phase de poules. À l'issue d'une finale défensive mais maîtrisée de bout en bout par les coéquipiers du capitaine Jérôme Fernandez, les Français assoient leur domination sur le handball mondial, qui durera encore plusieurs années.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© JAVIER SORIANO / AFP

Les Bleus remportent leur premier titre international à l'Euro de basket (2013) : en Slovénie, il suffisait de suivre Tony Parker. Après un début de parcours accidenté lors de cet Eurobasket, le collectif de l'équipe de France se révèle lors de la phase à élimination directe. Tony Parker et les siens éliminent le pays hôte en quarts avant de retrouver l'Espagne, double tenante du titre, pour une finale avant l'heure. Les Bleus restent alors sur huit défaites consécutives contre les Espagnols. Lors de la première mi-temps, les Français se font marcher dessus, mais un coup de gueule mémorable de "TP" à la pause sert de déclic. Les joueurs du sélectionneur Vincent Collet réalisent l'exploit après prolongation et se qualifient pour la finale. Cette dernière est maîtrisée par les Français qui viennent à bout de Lituaniens qui leur avaient fait la leçon lors du deuxième tour. L'un des plus grands exploits de l'histoire du basket français.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Jure Makovec / AFP

L'équipe de France renverse l'Ukraine au terme d'un scénario improbable (2013) : Mamadou Sakho, cette star ! Le défenseur du Paris Saint-Germain vient de valider le ticket de la France pour la Coupe du monde 2014 au Brésil en inscrivant un doublé improbable, le second but d'un coup de genou dans le ballon. La France affronte ce 19 novembre 2013 l'Ukraine au Stade de France, et se doit de remporter la rencontre par trois buts d'écart après un match aller totalement raté, où les Bleus se sont inclinés 2-0. Alors que Sakho ouvre le score, Benzema double la mise et permet aux Bleus d'être à un petit but de la qualification. Le public s'enflamme, et Sakho inscrit le but de la délivrance à la 72e minute. Le Parisien fête son but d'une course de dingue, commence à retirer son maillot mais se ravise après avoir réalisé qu'il a déjà pris un carton jaune. Le Stade de France peut dignement fêter une qualification obtenue au bout du suspense alors que les Bleus peuvent préparer leur déplacement au Brésil.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© FRANCK FIFE / AFP

La deuxième étoile pour les Bleus (2018) : cinq ans plus tard, les Bleus montent sur le toit du monde, ajoutant une étoile sur le maillot de l'équipe de France. Au terme d'un parcours où les Français sont progressivement montés en puissance, les hommes de Didier Deschamps s'imposent lors d'une finale prolifique contre la Croatie (4-2). Deux ans après avoir failli remporter un Euro à domicile, les Bleus se basent en Russie sur un collectif bien huilé où plusieurs individualités font des différences, à l'image de Griezmann ou Mbappé. Au fur et à mesure que la compétition avance, le soutien à l'équipe de France croît et la fête organisée au retour des champions du monde est à la hauteur des performances des joueurs.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© FRANCK FIFE / AFP

Ces moments où des sportifs nous ont émerveillés

Que dire de ces moments où les sportifs se sont dépassés pour réaliser des performances exceptionnelles, hors du temps, qui ont marqué l'histoire.

La Foudre Bolt frappe une deuxième fois aux JO (2012) : à Londres, Usain Bolt ne laisse aucune place au doute. Il est, et de très loin, le meilleur sprinteur de ces olympiades. Le Jamaïcain réalise, comme à Pékin quatre ans plus tôt, un triplé avec une facilité déconcertante : victoire sur le 100m (en battant le record olympique en 9"63), sur le 200m et sur le 4x100m avec le relais jamaïcain. Il devient le seul athlète à remporter six médailles d'or dans les disciplines du sprint et s'exprime devant les médias à l'issue de ses victoires : "Je suis une légende vivante. Faites ma gloire. Je ne veux voir que ça dans les journaux et à la télévision demain. Sinon, plus d'interviews." Quatre ans plus tard, à Rio de Janeiro, Bolt réalise un nouveau triplé olympique et confirme, s'il en avait besoin, son statut de plus grand sprinteur de tous les temps.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© ADRIAN DENNIS / AFP

Renaud Lavillenie s'envole à 6,16m (2014) : le 15 février 2014 à Donetsk (Ukraine), Renaud Lavillenie bat le record du monde de saut à la perche, sous les yeux de son détenteur, Sergueï Bubka. Un record tenace, vieux de vingt ans, qui établit le meilleur saut à 6,15m. Dans une salle complètement acquise à sa cause, Lavillenie franchit la barre des 6,16m et réalise l'un des plus grands exploits de l'athlétisme français à 27 ans. Avec cette prouesse, celui qui est déjà champion olympique est nommé athlète européen de l'année 2014, se voit décerner le titre de Chevalier de la Légion d'honneur, et devient par la suite le premier Français à obtenir le trophée IAAF d'athlète de l'année.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Alexander KHUDOTEPLY / AFP

La Décima de Rafael Nadal à Roland (2017) : à l'image du Real Madrid, son club favori, en Ligue des champions, sa Décima à Roland-Garros aura mis du temps à arriver. Attendue après son neuvième titre en 2014, celle-ci avait été retardée, Rafael Nadal s'inclinant pour la deuxième fois de sa carrière sur la terre battue de la porte d'Auteuil en 2015 contre Novak Djokovic, avant de déclarer forfait pour une blessure au poignet en 2016. Pour son retour en 2017, Nadal est inarrêtable : l'Espagnol écrase ses adversaires un à un et s'impose facilement en finale face au Suisse Stan Wawrinka. Le tout sans concéder le moindre set. Une performance exceptionnelle qui lui vaut de recevoir, de la part de la Fédération française de tennis, une réplique identique de la Coupe des Mousquetaires.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Kaname Yoneyama / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun

Martin Fourcade historique à Pyeongchang (2018) : en remportant trois médailles d'or aux Jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang, Martin Fourcade marque l'histoire du sport français. Il devient, avec cinq médailles d'or (3 à Pyeongchang donc, et 2 à Sotchi en 2014), le sportif tricolore le plus titré aux Jeux Olympiques, hiver et été confondus. En Corée du Sud, Fourcade débute pourtant mal sa compétition, avec une 8e place décevante au sprint. Mais le Français se reprend rapidement et remporte dès le lendemain son deuxième titre olympique en poursuite après Sotchi. Avant de remporter une cinquième médaille d'or sur le relais mixte, il s'impose sur la mass start à l'issue d'une course incertaine et pleine de suspense. À la photo finish, Fourcade est déclaré vainqueur en devançant de 0,018 secondes l'Allemand Simon Schempp, et marque un peu plus l'histoire du biathlon.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Ces moments où on est restés consternés devant notre télévision

Pendant cette décennie, plusieurs événements nous ont donné l'impression de vivre en direct l'un des grands moments de l'histoire du sport tant ils ont pu être irrespirables ou uniques en leur genre.

La déroute du Brésil devant son public (2014) : en demi-finales de la Coupe du monde 2014 qu'il joue à la maison, le Brésil se présente ce 8 juillet sans son capitaine Thiago Silva, suspendu, et surtout sans Neymar, blessé en quarts contre la Colombie. À l'issue d'un hymne étouffant en forme d'hommage à son joueur phare, les Brésiliens sombrent de manière affolante dans la première demi-heure de la rencontre. Alors que Müller ouvre le score à la 11e minute sur corner, la Seleçao encaisse par la suite quatre buts en l'espace de cinq minutes. Les vagues allemandes font trop de mal à la défense brésilienne complètement en-dehors de son match et aux jambes tremblantes. 5-0 à la 30e minute de jeu, le spectacle est troublant tant les Allemands déroulent et les images sont tragiques : les supporters présents à l'Estadio Mineirao de Belo Horizonte sont en pleurs, les joueurs brésiliens semblent ne plus vouloir continuer. Le Brésil s'incline finalement 7-1 et voit s'envoler la possibilité de remporter le Mondial à la maison, provoquant un traumatisme immense dans le pays.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Liu Bin / xh / NurPhoto

Le Barça internationalise le concept de "Remontada" (2017) : balayé 4-0 au match aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions par le PSG, le Barça reçoit les Parisiens au retour le 8 mars avec la ferme intention d'inverser la tendance. Au bout de trois minutes, la machine est lancée avec l'ouverture du score de Suarez. Le Camp Nou commence à y croire lorsque Kurzawa (c.s.c) et Messi portent le score à 3-0, mais Cavani réduit la marque et les Parisiens pensent être à l'abri. Sauf que les dix dernières minutes vont être fatales pour le PSG, qui encaisse trois buts coup sur coup, synonymes d'élimination. La consternation est totale côté parisien, la "Remontada" voit le jour et devient une expression utilisée à tout-va depuis dans le monde du sport.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Josep Lago / AFP

Djokovic et Federer offrent une finale d'anthologie (2019) : ce dernier set... Au bout de 4h57 de jeu, Djokovic vient à bout de Federer, 37 ans, qui puise dans des ressources insoupçonnées pour tenter de remporter un 8e Wimbledon. Mais le Serbe s'impose en cinq sets (7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 13-12) en repoussant deux balles de match du Suisse. Pour la cinquième fois, Djokovic s'impose sur le gazon britannique, dont trois victoires en finale face à Federer. Mais celle-ci, en 2019, est d'autant plus belle que cet affrontement restera dans les mémoires. L'un des matches de la décennie.

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Atsushi Taketazu / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun

Le traumatisme Pinot (2019) : "C'est la plus grosse claque de ma carrière." Alors qu'il réalise son meilleur Tour de France, impressionnant dans les Pyrénées, Thibaut Pinot est forcé d'abandonner lors de la 19e étape de l'édition 2019 de la Grande Boucle en raison d'une blessure à la cuisse contractée deux jours plus tôt. Les images sont déchirantes, Pinot fondant en larmes en réalisant que son rêve de remporter le Tour de France s'envole. Plus tard, le Franc-Comtois décide de se confier sur cet abandon, qui fait figure de traumatisme : "J'ai eu l'impression de revivre exactement ce que j'ai vécu l'an passé au Giro, où tout s'effondre comme un château de cartes, en un kilomètre. Tout ce que tu as construit en une saison. (...) Je suis dévasté." Avant d'affirmer : "Pour oublier tout ça, il faudra que je gagne le Tour." Dès 2020 ?

Rétro : Les grands moments d'émotion de la décennie
© Marco Bertorello / AFP

Évidemment, cette liste est non-exhaustive et de nombreux grands moments de l'histoire du sport ont eu lieu lors de cette décennie. Ainsi, auraient également pu être cités : Christophe Lemaître premier sprinteur blanc à passer en-dessous de la barre des 10 secondes (2010), le triomphe des Français en natation aux Jeux Olympiques de Londres (2012), victoire de la France en Ligue mondiale puis à l'Euro de volley (2015), la France remporte la Coupe Davis (2017), Teddy Riner glane son dixième titre de champion du monde de judo (2017), Kevin Mayer athlète européen de l'année après avoir battu le record du monde du décathlon (2018), Lewis Hamilton qui se rapproche de Michael Schumacher avec un sixième titre mondial (2019)...

Denis Menetrier @DMenetrier

Omnisport