Serena Williams
Serena Williams, en 2016, à Wimbledon. | Andy RAIN / AFP / POOL

Rétro : Les 10 sportives qui ont marqué la décennie

Publié le , modifié le

Tous les 10 ans, c’est la classique, on revient sur les grands moments de la décennie. Les plates-formes de musique en ligne vont nous rendre nostalgiques avec les meilleurs tubes des années 2010, “ce titre a 10 ans déjà ?" Et oui… Chez France tv sport, on vous a sélectionné nos 10 plus grandes sportives de la décennie.

► Serena Williams

 Serena Williams.
Serena Williams. © AFP

Elle est incontestablement la reine de cette décennie. L’actuelle 10e mondiale a à son actif 23 titres du Grand Chelem, le record sous l’ère moderne, dont 12 glanés ces dix dernières années. Au total, la tenniswoman a remporté 72 titres. L’Américaine a aussi brillé aux Jeux olympiques de Londres en 2012. La joueuse de 38 ans, aux tenues toujours plus extravagantes sur les courts, possède des statistiques tout simplement impressionnantes. Elle a passé 319 semaines sur le trône de numéro 1, soit un peu plus de 6 ans. Elle talonne ainsi Martina Navratilova (332 semaines) et Steffi Graf (377).

En dehors des courts, elle a su imposer une influence qui fait d’elle une des joueuses les plus connues de tous les temps. Vedette de Nike, son équipementier, elle pose en 2018 en une de Vogue avec son bébé né en 2017, puis en une du Times Magazine. Elle se bat aussi régulièrement contre les inégalités salariales, entre hommes et femmes et aussi entre les femmes blanches et les afro-américaines. 

► Alex Morgan

Alex Morgan.
Alex Morgan. © PHILIPPE DESMAZES / AFP

L’Américaine est une des pionnières à avoir permis la médiatisation mondiale du football féminin. Championne olympique en 2012, championne du monde en 2015 et 2019, l’attaquante de 30 ans brille par son palmarès. Elle fait un passage éclair à l’Olympique lyonnais lors de la saison 2016-2017, avec qui elle remporte la Ligue des champions. La joueuse aux 102 buts inscrits en sélection nationale est ainsi devenue l’attaquante la plus médiatisée du monde.

En 2015, elle figure sur la version Américaine de la couverture du jeu vidéo FIFA 16, aux côtés de Lionel Messi. Son image a été choisie afin de promouvoir l’introduction dans le jeu des équipes féminines, grande nouveauté de cette nouvelle version. Le Times Magazine lui consacre sa une début juin 2019, en étant le porte-drapeau de l’égalité hommes-femmes dans le sport.

► Allyson Felix

Allyson Felix.
Allyson Felix. © AFP

Elle est l’athlète la plus titrée sur les mondiaux avec 13 médailles d’or. Elle compte aussi à son palmarès 6 médailles d’or olympiques. Titrée sur le 200m et le 400m et sur les relais du 4x100 et 4x400, la sprinteuse est entrée encore un peu plus dans l’histoire de son sport en battant aux mondiaux de Doha le record des 11 médailles d’or en championnat du monde d’Usain Bolt. Un exploit à saluer d’autant plus qu’Allyson Felix revenait sur les pistes dix mois après un accouchement difficile. L’Américaine veut boucler la boucle de cette belle décennie avec une 5e participation à une Olympiade, à Tokyo en 2020. Un retour pour finir en beauté ?

En mai dernier, la sextuple championne olympique signe une tribune publiée par le New York Times, dans laquelle elle épingle le célèbre équipementier Nike, son sponsor depuis des années, pour sa politique menée à l’encontre des athlètes enceintes. Pendant sa grossesse, elle a perçu une rémunération réduite de 70%. “C’est l’un des exemples qui prouve que l’industrie du sport est toujours dirigée par et pour les hommes”, avait-elle dénoncé dans les colonnes du célèbre journal américain. Avec d’autres athlètes à ses côtés, elle a réussi à faire abdiquer Nike, qui a promis que plus aucune athlète enceinte ne sera pénalisée.

► Katie Ledecky

La nageuse américaine Katie Ledecky.
La nageuse américaine Katie Ledecky. © FERENC ISZA / AFP

La nageuse américaine, spécialiste des épreuves de longue distance en nage libre, impressionne par son palmarès. A seulement 22 ans, elle a déjà tout gagné! Cinq titres olympiques, dont 4 en individuel, et quatorze fois championne du monde en grand bassin, tout simplement incroyable. Ce qui est encore plus impressionnant, c’est sa précocité. Quand elle monte sur la première marche d'un podium mondial en 2012, elle n’a alors que 15 ans.

Grâce à ses exploits,  elle hérite d'un surnom plutôt flatteur, celui de la "Michael Phelps au féminin”. Enfin, en 2017, elle est élue l'athlète féminine de l’année par Associated Press, devant Serena Williams 5 fois récompensée par cette distinction. 

► Lindsey Vonn

Lindsey Vonn, à Vancouver en 2010.
Lindsey Vonn, à Vancouver en 2010. © AFP - FABRICE COFFRINI

La skieuse alpine est devenue la première championne olympique américaine de descente en 2010, à Vancouver. Elle a aussi à son palmarès deux médailles d’or au championnat du monde mais surtout 20 Coupes du monde (globes), un record absolu en ski alpin, hommes et femmes confondus. Elle a aussi glané 82 Coupes du monde (épreuves). Grâce à toutes ses victoires, elle est la meilleure skieuse alpine de l’histoire de son pays, et une des plus grandes sur la scène mondiale. 

Mais en février 2019, la mauvaise nouvelle tombe pour la championne. Son corps ne parvient plus à suivre la cadence du sport du haut niveau. Elle annonce ainsi prendre sa retraite sportive, non sans tristesse pour celle qui se serait bien vu continuer encore quelques années. 

► Marit Björgen

Marit Björgen.
Marit Björgen. © JONATHAN NACKSTRAND / AFP

On continue dans les sports d’hiver, avec la fondeuse norvégienne Marit Björgen. Elle est l’athlète la plus titrée et la plus médaillée des Jeux olympiques d'hiver. Elle surpasse même de deux médailles son compatriote Ole Einar Bjoerndalen, légende du biathlon. Elle compte ainsi à son palmarès 8 médailles d’or olympiques (15 médailles olympiques au total), 114 titres individuels en Coupe du monde et 18 titres en championnats du monde dont 12 individuelles.

En 2011, elle est désignée athlète féminine de l'année par l'International Sports Press Association. Après la naissance de son premier enfant en 2015, la fondeuse revient au plus haut niveau et continue à enchaîner les sacres. 

► Simone Biles

Simone Biles.
Simone Biles. © AFP

Comme Katie Ledecky, Simone Biles impressionne elle aussi par sa précocité. La contemporaine de la nageuse, qui pratique la gymnastique artistique, a remporté 4 médailles d’or olympiques et 19 titres de championne du monde. Elle s’impose au concours général individuel et par équipes, au saut de cheval, au sol ou encore à la poutre. Tokyo sera ainsi sa deuxième olympiade, on a hâte ! 

En 2016, elle est l'une des rares gymnastes à avoir un mouvement de gymnastique à son nom, le “Biles”. Il s’agit du double tendu avec demi-vrille. La même année, elle a aussi lancé les Simojis, toute une série d’émoticônes à son effigie.

► Shelly-Ann Fraser-Pryce

Shelly-Ann Fraser-Pryce.
Shelly-Ann Fraser-Pryce. © DPA

Enfin une athlète non Américaine ! La Jamaïcaine est considérée comme l’une des plus grandes sprinteuses de tous les temps. Avec deux titres en or olympiques consécutifs sur sa distance fétiche, le 100m, et ses 9 sacres en championnat du monde, elle est la reine incontestée du sprint. Lors des JO de Pékin en 2008, elle devient la première athlète jamaïcaine championne olympique du 100 mètres. En septembre 2019, à Doha, elle remporte sa quatrième médaille d’or sur le 100m lors de mondiaux. Elle s’octroie ainsi ce record, que même son compatriote Usain Bolt n’a pas su réaliser (trois titres sur cette distance au championnat du monde). Un exploit d’autant plus impressionnant qu’elle l'a réalisé en revenant de sa grossesse.  

En 2013, elle reçoit le Trophée IAAF de l'athlète de l'année pour récompenser sa carrière. En dehors des pistes, elle est très engagée dans des œuvres de charité. Ambassadrice de l’Unicef, elle milite pour obtenir de meilleures conditions d'accouchements pour les femmes en Jamaïque, et pour de meilleures informations sur l'allaitement maternel.

► Mikaela Shiffrin

L'Américaine Mikaela Shiffrin.
L'Américaine Mikaela Shiffrin. © Tiziana FABI / AFP

La skieuse alpine américaine est double championne olympique et quintuple championne du monde. Lors des championnats du monde en 2019 à Are (Suède), elle remporte son quatrième titre mondial sur le slalom. Elle devient ainsi la première, hommes et femmes confondus, à remporter quatre titres consécutifs aux Mondiaux dans une discipline. En coupe du monde, elle glane aussi 11 Globes de cristal, et 62 épreuves. Un beau palmarès déjà inscrit pour l’Américaine de 24 ans seulement.

Le 19 décembre dernier, la skieuse a rendu public ses interrogations quant au changement climatique et à l’avenir du ski dans ces conditions. L'athlète en a conscience : "Nous dépendons de la nature et nous ne sommes pas capables de réduire notre propre impact sur elle... C'est une énorme contradiction. J'y pense souvent. Que peut faire le ski de compétition pour perdurer ? Combien de temps allons-nous encore avoir de la neige ?”

► Gabriella Papadakis

Gabriella Papadakis.
Gabriella Papadakis. © AFP

Nous finissons notre rétro par une Française avec Gabriella Papadakis. La patineuse en danse sur glace a presque tout gagné à 24 ans. Avec son partenaire Guillaume Cizeron, elle a été sacrée quatre fois championne du monde (2015, 2016, 2018 et 2019) et vice-championne olympique en 2018. Pour la Française, ses titres sont aussi synonymes de record du monde en terme de points marqués, ce qui repousse toujours un peu plus la concurrence.

Pour celle qui est pratiquement née sur une patinoire, elle est entrée en 2019 dans les records du nombre de titre obtenus dans la catégorie danse. Enfin, en 2018, la Française a reçu avec son partenaire, le titre de Chevalier de l'Ordre national du mérite.

Alors, oui, cette rétro est largement dominée par les Américaines, qui laissent peu de place aux autres athlètes de la planète. Espérons que cette nouvelle décennie permette l'émergence de nouvelles athlètes dans d'autres endroits du globe, et pourquoi pas en France. 

Omnisport