Top 12 2014
Les 12 plus grosses surprises de la saison | DR

Rétro 2014 - Les 12 séismes qui ont fait trembler la Planète Sport

Publié le , modifié le

Imprévisibles, inattendues, bonnes ou mauvaises, elles ont été les surprises de l’année 2014. Retour sur ces performances ou décisions qui ont déjoué les statistiques.

26 janvierWawrinka bat Djokovic et Nadal

Certes, Stanislas Wawrinka montait en puissance depuis 2013. Mais en 2014, le Suisse a franchi un cap en Australie. En quart de finale, le Vaudois domine en cinq sets le numéro 2 mondial, Novak Djokovic, 2-6, 6-4, 6-2, 3-6, 9-7. Un match au scénario complètement fou, la parfaite revanche de leur quart de finale de 2013 au même endroit qui avait vu Djokovic s’imposer. Quatre jours plus tard, après avoir éliminé sur sa route Tomas Berdych, Wawrinka s’offre le scalp du numéro 1 mondial, Rafael Nadal. Le monde du tennis est sous le choc et le Suisse entre dans une nouvelle dimension.

15 févrierLavillenie, le record inaccessible

Dans le monde du sport, il y a record et record. Et sans faire injure à tous ceux qui ont été battus en 2014, celui qu'a fait tomber Renaud Lavillenie ce 15 février à Donestk était de ceux que l’on pensait gravés dans le marbre pour l’éternité. En Ukraine, sous les yeux de la légende Sergueï Bubka, le Français vient tout juste de franchir 6,01m à son troisième essai. Une dernière barre franchie avec succès qui le remet en confiance pour la suite. De quoi oser s’attaquer à l’Everest. Barre demandée ? 6,16m, ni plus ni moins. Lavillenie veut faire le show ? Impressionner Bubka ? Nul ne sait vraiment. Mais à cet instant, il n’y a certainement que lui qui croit en ses chances de franchir cette barre. Depuis plusieurs semaines, il s’attaque à cette hauteur, en vain. Mais ses récents progrès et son nouveau record à 6,08m ont fait renaître l'espoir. Course d’élan, vitesse, bascule parfaite. La barre mythique est cassée sans ménagement, avec une marge de franchissement prodigieuse. En retombant sur le tapis, c’est 21 ans de record du monde que Lavillenie a dépoussiéré, ni plus ni moins.

20 févrierLe triplé inédit du ski cross

S’il y avait bien une journée que l’on n’aurait pu prévoir, c’est bien celle là. Le 20 février, le Ski Cross va être poussé sous les feux des projecteurs. Les trois Français présents sur les quatre concurrents en finale se partagent le podium. A l’arrivée, Jean-Frédéric Chapuis devance Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol. Trois drapeaux bleu-blanc-rouge accompagnent une Marseillaise triomphale. Une course et trois médailles, difficile de rêver mieux. L’Olympisme à son sommet.

9 et 14 juilletFroome-Contador au tapis

Au départ de cette édition du Tour de France, un duel est espéré : celui entre Christopher Froome et Alberto Contador. Les deux stars de la discipline sont attendues au tournant. Le Britannique, tenant du titre arrive en forme après ses victoires sur le Tour d’Oman, de Romandie. Mais patatras. Le coureur de la Sky tombe en première semaine et ne passe l'étape sur les pavés d'Arenberg. L’autoroute pour Contador ? Pas si simple. Quelques jours plus tard, le vainqueur du Tour en 2007 et 2009 chute dans une descente. Une bonne frayeur et une fissure du tibia plus tard, El Pistolero se résout à jeter l’éponge. Le Tour est alors plus ouvert que jamais et consacrera Vincenzo Nibali, devant Jean-Christophe Péraud et Thibaut Pinot. Inédit.

11 juilletLeBron James de retour à Cleveland

Lorsqu’il avait annoncé fin 2009 qu’il quittait Cleveland pour aller tenter l’aventure avec Miami, LeBron James s’était attiré les foudres de nombre de supporteurs de NBA. Si l’aventure a été fructueuse, avec deux bagues et deux finales de NBA, elle gardera un goût étrange. Celui du manque de panache. Comme si, gagner aux côtés de Dwayne Wade et de Chris Bosh ne relevait pas du défi insurmontable. Alors, quand le 11 juillet dernier le Chosen One annonce son retour sur ses terres, avec les Cavs, c’est la folie complète. King James reprend le défi des Cavaliers là où il l’avait laissé. Et un titre cette fois le placerait définitivement dans la légende de la NBA.

12 juilletLa retraite de Camille Muffat

Championne olympique du 400m à 22 ans à Londres, Camille Muffat, se positionne aux côtés de Yannick Agnel comme l’un des nouveaux chef de file de la délégation française. Un raccourci rapide en fait la nouvelle Laure Manaudou de la discipline. Un héritage trop lourd à porter ? Peut-être. Après avoir révélé ses difficultés relationnelles avec son entraîneur Fabrice Pellerin, la Française annonce sa retraite dans le quotidien l’Equipe. A 24 ans, quasiment le même âge que Laure Manaudou lors de son premier retrait de la compétition. L’histoire nous dira si elle replongera un jour dans les bassins…

15 août 2014Diniz, nouvelle référence du 50km

Non, Yohann Diniz n’est pas apparu sur les radars en 2014. Il est même de ceux dont les plus belles heures sont derrière eux. Et pourtant. Sur le tarmac de Zurich, le marcheur de 36 ans retrouve ses meilleures jambes. Lors du 50km des championnats d’Europe, il remporte non seulement le titre mais s’adjuge le record mondial sur la distance en 3h32min33s. Une performance époustouflante, un dépassement de soi remarquable. L’une des plus belles surprises de cette année de sport.

17 août 2014Le finish du 4x400m Dames

Zurich encore. Dans le petit carré suisse, la France va vivre l’une de ses plus belles heures. Une victoire inattendue, en outsider, « à la française ». En finale du relais 4x400m dames, les Tricolores sont conscientes d’avoir une carte à jouer. Un bon relais peut les mener sur le podium. Mais rien ne se passe comme prévu dans cette course, des passages de témoin hasardeux placent Floria Gueï en quatrième position à l’attaque du dernier tour. Le reste appartient désormais à la légende. Transcendée, la Française fond dans la dernière ligne droite sur ses adversaires. Au terme d’un finish à banaliser celui de Marc Raquil, Gueï coiffe la Russie, la Grande Bretagne et l’Ukraine. Record personnel à la clé. La course d’une vie. A suivre…

9 septembreMarin Cilic, un prince surprise à New York

Au tennis, il est rare de sortir des sentiers battus. Federer-Nadal-Djokovic-Murray. Les quatre hommes ont suffisamment monopolisés les grands titres au cours de la décennie pour que tout autre joueur parvenant à s’inviter à la table des rois soient vu comme une anomalie au palmarès. Alors, avec Wawrinka sacré à Melbourne, les fans de la petite balle jaune pensaient avoir eu leur lot de surprise en 2014. Et avec Djokovic et Federer présents en demi-finale de cet US Open, on ne voyait pas comment on pouvait échapper à un remake de la superbe finale de Wimbledon disputée quelques mois plus tôt. Pourtant, ce n’est pas un mais deux coups de théâtre que le Arthur Ashe Stadium va vivre. Coup sur coup. Le numéro 1 mondial, Novak Djokovic se fait balayer par Keï Nishikori. Les supporteurs célèbrent presque déjà le 18e sacre en Grand Chelem de Federer. Ce serait oublier que cette quinzaine là vivait à New-York un Croate sur une autre planète. Federer se fait découper par Marin Cilic, qui rééditera sa performance en finale face au Japonais. Première finale de Grand Chelem et premier titre pour le protégé de Goran Ivanisevic. Qui comme lui lors de sa victoire à Wimbledon en 2001 était classé hors du Top 10. Comme quoi, qui se ressemble…

14 octobreAlonso/Vettel Ferrari/Red Bull

Quadruple champion du monde, Sebastian Vettel a toujours gardé dans son retro la rutilante Ferrari de Fernando Alonso. Depuis quatre ans, les deux hommes ont été opposés dans la lutte au titre mondial et on ne voit pas pourquoi 2014 dérogerait à la règle. Mais la domination totale des Mercedes, et encore plus celle de son nouveau coéquipier Daniel Ricciardo, poussent Vettel à envisager un nouveau départ. Le pur produit de la firme Red Bull décide de changer de crémerie. Direction ? La Scuderia ! Par effet de ricochet, le pilote espagnol perd son baquet et atterrit finalement chez McLaren. Un rebondissement que peu avaient imaginé pendant la saison. Leur rivalité reprendra t-elle de plus belle en 2015 ?

18 décembreCarter signe au Racing

Le Top 14 a toujours su profiter de quantité de stars. Mais de là imaginer attirer Dan Carter, la légende néo-zélandaise de la discipline, dans ses filets, il fallait avoir les yeux sérieusement plus gros que le ventre. C’est l’exploit que parvient à réaliser le Racing Métro, moyennant quelques billets il va de soi. A 32 ans, le demi d’ouverture et meilleur marqueur de l’histoire des Blacks s’invite dans notre Hexagone pour le plus grand plaisir des fans de rugby. Vous n’êtes pas fan de rugby ? Imaginez que Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo venait de signer à Monaco et vous comprendrez l’ampleur de ce transfert. On a hâte de voir ça !

Vincent Fossiez @VincentFossiez

Omnisport