Une enceinte sportive
Une enceinte sportive | AFP - WAKIL KOHSAR

"Pédophilie dans le sport, le scandale", une enquête révèle des dysfonctionnements graves en France

Publié le , modifié le

Une enquête intitulée "Pédophilie dans le sport, le scandale" et publiée ce mercredi par Disclose, en partenariat avec plusieurs médias français (Envoyé spécial, Mediapart, Rue89, L'Équipe, Brut, Binge) révèle d'importants dysfonctionnements dans le monde du sport face au fléau de la pédophilie. Les journalistes ont recensé 77 cas mettant en lumière ces dysfonctionnements, qui ont fait 276 victimes dans 28 sports différents. La grande majorité des victimes étaient âgées de 15 ans ou moins au moment des faits.

C'est une enquête (consultable en intégralité ici) qui devrait faire du bruit dans le monde du sport français. Après huit mois de recherches approfondies et le recueil de témoignages auprès de victimes, Disclose a publié ce mercredi une enquête révélant les importants dysfonctionnements du milieu sportif pour gérer des affaires de pédophilie. Au cours de leurs recherches, les journalistes ont recensé 276 victimes dans 28 sports différents, la plupart de celles-ci étant âgées de 15 ans ou moins lorsque les faits ont eu lieu.

Ces 276 victimes sont liées à 77 affaires marquées par des dysfonctionnements graves dans le signalement des cas, selon cette enquête, le choix des entraîneurs et la possibilité pour ceux accusés d'agression sexuelle de retrouver un emploi par la suite. En collaboration avec Disclose, l'émission "Envoyé spécial" a réalisé une série de vidéos relatant certaines affaires concernées par l'enquête.

C'est le cas de celle qui a émergé l'été dernier en Bretagne, du côté de Paimpol, un entraîneur ayant été condamné à huit ans de prison pour agression sexuelle sur deux fillettes. L'homme n'en était pas à son coup d'essai puisqu'il avait déjà été condamné pour agression sexuelle sur mineures quelques années plus tôt et avait tout de même pu obtenir son diplôme d'entraîneur par la suite. Un phénomène de récidive mis en lumière par l'enquête, qui concerne la moitié des affaires recensées.

Un signalement trop faible des cas

L'enquête publiée par Disclose se penche également sur le phénomène de ces entraîneurs mis en cause et qui parviennent à rester en poste. "Envoyé spécial" a ainsi recueilli le témoignage d'une victime - âgée alors de 10 ans -, dont l'agresseur, condamné pour les faits qui lui étaient reprochés, a pu retrouver un emploi auprès d'adolescents quelques années plus tard. Dans le cas des 77 cas recensés par l'enquête, 59 personnes condamnées ou en cours de procédure judiciaire sont toujours en poste.

Parmi les autres dysfonctionnements décrits par Disclose, celui du signalement des cas de pédophilie dans les clubs de sport. Chloé, qui faisait partie de 13 à 15 ans de l'équipe de France espoirs de natation, dit avoir été victime d'attouchements de la part d'un maître-nageur. Pendant trois ans, la jeune fille a tenté d'alerter son club, dont l'inaction l'a poussé à porter plainte en 2017. Ce cas est remonté jusqu'à la ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui s'est exprimée auprès de Disclose concernant le club de Chloé : "Je ne pense pas, moi, en tant que parent, qu'il y a lieu aujourd'hui d'ouvrir une enquête sur ce club, je trouve qu'il fonctionne bien." La ministre des Sports avait dénoncé en 2018, sur le cas des violences sexuelles dans le sport, "une omerta". "Pédophilie dans le sport, l'omerta", c'est d'ailleurs le titre de l'émission consacrée à cette enquête demain soir lors de la diffusion d'"Envoyé spécial".

Denis Menetrier @DMenetrier

Omnisport