Guillaume Néry
Guillaume Néry. | BORIS HORVAT / AFP

Passé près de la mort, Néry quitte la compétition, pas l'apnée

Publié le , modifié le

Il avait demandé une marque à 129 mètres de profondeur. Les organisateurs ont fait l'erreur de la placer à 139m. Une erreur qui a failli coûter très cher au Français Guillaume Néry. 24 heures après cet incident qui aurait pu être très grave, il explique avoir eu "la peur de sa vie", et ne plus vouloir reprendre la compétition. L'apnée restera malgré tout son mode de vie.

"On n'a pas le droit de faire des erreurs pareilles". Guillaume Néry l'a échappé belle sur ces championnats du monde, qui ont bien failli lui coûter la vie. Sa vie n'a tenu qu'à un fil, ou précisément à un scotch. Une marque mal accrochée, qui a envoyé l'apnéiste à 139 m au lieu de 129 m de profondeur, la barre qu'il avait pourtant demandé,  lors des dernières plongées de préparation Championnats du monde,  qui se déroulent à Chypre. En descendant à 129m, Néry aurait battu le record du monde d'un mètre. Mais sans même s'en apercevoir, il est descendu dix mètres plus bas. Et c'est en remontant qu'il a été victime d'une syncope, à dix mètres de la surface seulement.  "Je n'ai aucun souvenir d'une bonne partie de la remontée, j'ai récupéré  la plaquette (des -139m), commencé à palmer, et le souvenir suivant... je suis  sur le bateau. Difficile de témoigner."

Le Niçois de 33 ans souffre d'un oedème pulmonaire, mais surtout d'un grand traumatisme. Suffisamment pour le faire arrêter le haut-niveau, et toute compétition d'apnée. "J'en ai assez, je ne veux plus de record", lui dont la plongée à 139m n'a donc pas été homologuée. S'il ne compte pas porter plainte, Guillaume Néry a du mal à comprendre comment une telle erreur a pu se produire : "J'organise des  entraînements depuis des années, je sais quelle rigueur il faut pour régler les  câbles, comment est-ce possible sur une tentative de record du monde? Il faut  garder en tête que l'erreur est humaine..."

Fini la compétition, terminées les tentatives de record du monde. L'apnée restera malgré tout sa philosophie de vie, car selon lui "l'apnée va au-delà du sport,  c'est un mode de vie". 

Omnisport