sotchi 2014
Des militaires russes à Sotchi | MARMUR / AFP

Moscou dit avoir déjoué des projets d'attentats aux JO de Sotchi

Publié le , modifié le

Une cellule d'un groupe rebelle islamiste du Caucase russe qui préparait des attentats à Sotchi avant et pendant les Jeux olympiques de 2014, aurait été démantelée, rapporte l'agence officielle Itar-TASS. Les services de sécurité russes (FSB, ex-KGB) qui auraient réussi cette opération ont accusé la Géorgie de complicité.

"Le FSB de Russie a réussi a établir que les rebelles prévoyaient, entre 2012 et 2014, de transférer des armements à Sotchi et de les utiliser pour commettre des actes de terrorisme pendant la préparation et durant les jeux Olympiques", a indiqué le Comité antiterroriste (NAK). La cellule aurait été démantelée les 4 et 5 mai en Abkhazie, la région rebelle de Géorgie située non loin de la ville russe de Sotchi. Trois chefs appartenant à un mouvement islamiste clandestin né des deux guerres d'indépendance de  la Tchétchénie ont été arrêtés, de même que d'importantes caches d'armes ont été découvertes.

Le NAK a aussi accusé la Géorgie de complicité avec le Tchétchène Dokou Oumarov. Ce dernier qui a revendiqué de nombreux attentats en Russie, est accusé d'avoir organisé ces projets d'attentats. "Le chef de l'organisation terroriste internationale Emirat du Caucase, Dokou Oumarov, qui a des liens étroits avec les services spéciaux géorgiens, a  coordonné la livraison du matériel pour les actes terroristes", a indiqué le  Comité. Selon la même source, l'arrestation en février 2012 en Abkhazie d'un homme  transportant 300 détonateurs a permis d'établir la complicité de Tbilissi. "Les services spéciaux géorgiens sont directement liés à l'envoi vers la  Russie" des détonateurs, affirme le NAK.

Romain Bonte