Medal of Honor : Warfighter
Medal of Honor : Warfighter | Electronic Arts

Medal of Honor Warfighter, entre bien et mal...

Publié le , modifié le

Jouée et rejouée dans ses grandes largeurs, la deuxième guerre mondiale n'est plus le terrain de jeu des éditeurs. Abandonnées depuis le dernier opus, la piste des nazis s'est donc tarie au profit de celle plus actuelle des terroristes. Medal of Honor Warfighter ne fait que suivre le mouvement et propose une traque sans relâche d'une bande internationale qui détient du PETN (une arme chimique) en grande quantité.

Medal of Honor : Warfighter est un jeu Electronic Arts
Il est disponible sur Xbox 360 (version testée), PS3 et PC
PEGI 16

Ne cherchez pas de morale, il n'y en a pas. La philosophie de ce FPS, c'est tirez sur tout ce qui bouge !

Dans Warfighter, le scénario est construit autour du soldat Preacher. Fini les sales guerres. Il est grand temps de recoller les morceaux avec sa famille. C'est alors qu'un train explose en gare de Madrid. Sa femme et sa fille attendront leur tour (ou pas), Preacher rechausse ses "ranjos" pour sauver des civils des terroristes au PETN. Ce point de départ va ensuite vous guider sur plusieurs points chauds de la planète comme sur l'ile de Basilan, fief d'Abu Sayyaf, ou dans la ville pirate d'Al-Shabaab en Somalie. Conçue par des opérateurs américains du Tier 1 autour de faits réels, elle va vous tenir en haleine de bonnes heures (entre 4 et 6 selon votre niveau). A noter que vous aurez droit à quelques balades en voiture plutôt réussies.

Un mode multi à revoir

Grâce au moteur Frosbite 2 de Battlefield 3, ce nouveau Medal of Honor brille également par son graphisme. Les textures et les lumières sont parfois à couper le souffle. Quant à la bande son signée Linkin Park, on a rarement eu droit à de tels cadeaux pour un FPS. Attention au revers de la médaille… Ces quelques heures en solo vous ont ouvert l'appétit ? Le multi est LA solution. Le hic, c'est que ce mode de jeu pas au niveau de la partie solo. Graphiquement, c'est bien moins fini et les cartes se sont plutôt petites. Autre point négatif, le système de classes qui détermine votre nationalité et vos armes. Si vous choisissez une force spéciale qui ne vous convient pas, vous allez traîner ça comme un boulet assez longtemps pour vous découragez. Dommage car ça risque de gâcher votre première impression.

Xavier Richard @littletwitman