Curry, Megan Rapinoe, Simone Biles... Les sportifs réagissent à l'invasion du Capitole à Washington

Publié le , modifié le

Auteur·e : Coralie Salle
Stephen Curry, la star de Golden State, a porté le t-shirt "Black lives matter" avant le match contre les Clippers et a réagi à la prise du Capitole et au comportement de Donald Trump
Stephen Curry, la star de Golden State, a porté le t-shirt "Black lives matter" avant le match contre les Clippers et a réagi à la prise du Capitole et au comportement de Donald Trump | AFP - GETTY IMAGES

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les sportifs ont vivement réagi cette nuit, après la manifestation violente des partisans de Donald Trump à Washington pour interrompre la session, qui devait confirmer la victoire de Joe Biden, à la présidentielle américaine.

Cette nuit va marquer l’histoire des États-Unis. Des partisans de Donald Trump ont envahi le Capitole, symbole de la démocratie américaine, à Washington, pour interrompre la certification de Joe Biden, en tant que président des États-Unis. Les scènes de violences ont vivement fait réagir les sportifs américains. Sur son compte Twitter, le meneur des Warriors de Golden State, Stephen Curry a répondu à un ancien tweet de Donald Trump pour commenter les événements dans la capitale américaine : "Il y a littéralement une réaction pour tout. Vous avez donné votre langue au chat, hein ?".


Très engagée politiquement, la footballeuse américaine Megan Rapinoe a vivement réagi après les heurts en Amérique sur son compte Twitter : "Des terroristes américains ont envahi le Capitole à Washington DC le 6 janvier 2021". Sa coéquipière en sélection, la gardienne Hope Solo a expliqué que c’était "le temps de protéger la démocratie américaine" et qu’il fallait "rester chez soi dans les prochains jours pour rester en sécurité".  

"Nous ne sommes pas égaux"

D’autres sportifs ont également fait parti de leur état d'esprit. Très engagée politiquement, l’ancienne gloire du tennis, Billie Jean King a souligné la différence de traitement de la population de la part des policiers, sur son compte Twitter : "Si les manifestants qui ont pris d’assaut le capitole aujourd’hui, avaient été noirs ou métisses, la police aurait réagi différemment. Je pense à tous les fonctionnaires qui sont coincés dans le bâtiment et je prie pour qu’ils soient sains et saufs". Même son de cloche du côté de l’ancien basketteur des Clippers de Los Angeles, Baron Davis, sur les réseaux sociaux : "Nous ne sommes pas égaux".

Le joueur français du Magic d'Orlando, Evan Fournier a aussi évoqué cette situation avec étonnement sur son compte Twitter : "Je viens de me réveiller de ma sieste. Quelqu’un peut me dire ce qu’il se passe à Washington ?" avant de relayer un message qui dit "nous vivons dans un pays où un gamin de 12 ans avec un jouet en forme de pistolet a été tué par la police et où des insurgés qui assiègent le Capitole américain obtiennent un laissez-passer."

"Embarrassée mais pas surprise"

La championne olympique de gymnastique, Simone Biles, a aussi réagi sur les réseaux sociaux, avec consternation : "Embarrassée mais pas surprise. Dégoûtée, mais pas surprise. Triste, mais pas surprise. En colère, mais pas surprise. Sans voix, mais pas surprise."

"Je n’aurais jamais pensé que les Américains laisseraient des terroristes entrer dans la capitale sans se battre… Triste jour ", a expliqué le joueur de football américain, Richard Sherman, sur son compte Twitter.

"Ca prouve qu'il y a des privilèges dans la vie"

L’entraîneur des Philadelphia Sixers, Doc Rivers, a, lui-aussi, voulu dénoncer la différence de traitement de la part de la police entre les émeutes à Washington cette nuit, et les manifestations lors du mouvement "Black Lives Matter", dans une vidéo rapportée par Yahoo Sports : "Ça démontre beaucoup de choses. Durant l’été, il y avait des manifestations et des émeutes, avec la police, la garde nationale et l’armée, et là, il n’y avait rien", explique le coach de Phillie. "Ça prouve qu’il y a des privilèges dans la vie, de différentes manières. Et je vais le dire parce que beaucoup ne veulent pas l’entendre. Mais imaginez que les hommes qui sont entrés dans le Capitole aujourd’hui aient été noirs. Qu’est-ce qu’il se serait passé ? Pour moi, ce qu’on a vu veut tout dire."

Sans superstar, Doc Rivers a réussi à amener les Clippers en playoffs.
Sans superstar, Doc Rivers a réussi à amener les Clippers en playoffs. © Yong Teck Lim / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Omnisport