terroriste 1972 munich
Un terroriste parle avec le Ministre de l'Intérieur allemand Hans-Dietrich Genscher (3e en partant de la gauche) au village olympique, le 5 septembre 1972. | AFP

Les précédents événements sportifs pris pour cible

Publié le , modifié le

Le sport représente de tout temps des valeurs humaines telles que la fraternité, la paix, mais cela n'a pas empêché certains de commettre des exactions lors de manifestations sportives majeures. Les deux explosions meurtrières intervenues lundi au marathon de Boston confirment une fois de plus que les événements sportifs sont des cibles potentielles.

Au cours des quarante dernières années, un événement majeur reste encore dans les mémoires du sport mondial. La prise d'otages au coeur du Village olympique des JO de Munich se terminera dans le sang. Le 5 septembre 1972, soit onze jours après le début de ces Jeux olympiques d'été, huit membres de l'organisation palestinienne Septembre noir prennent en otages des athlètes israéliennes. Les preneurs d'otages assassinent rapidement deux athlètes qui tentent de se rebeller, et parviennent à capturer neuf athlètes. Alors qu'une compétition d'équitation se déroule comme si de rien n'était, les premières négociations débutent. Les terroristes exigent la libération de 234 activistes palestiniens détenus en Israël, mais le premier ministre israélien Golda Meir refuse toute négociation. Les autorités allemandes proposent de l'argent aux terroristes, mais rien n'y fait. Les preneurs d'otages demandent qu'un avion soit mis à leur disposition pour se rendre avec leurs otages, au Caire. Mais quelque heures plus tard, le plan mis en place par les autorités allemandes tourne au vinaigre, et les neuf athlètes sont tués, ainsi qu'un policier allemand et cinq terroristes. Le monde du sport est sous le choc, mais curieusement, les JO se poursuivent le lendemain, comme si de rien n'était...

Malheureusement, ce terrible événement n'est pas resté unique et d'autres grands rendez-vous sportifs ont été ciblés. Pendant l'Euro 1996 de football qui se déroule en Angleterre, un camion explose le 15 juin avec 1500 kg d'explosifs sur la Corporation Street, dans le centre de Manchester. Pas moins de 206 personnes sont blessées et l'attentat est rapidement revendiqué par l'Irish Republic Army (IRA). Là encore, l'Euro ira jusqu'à son terme, et l'événement a presque été oublié du commun des mortels.

De Munich à Atlanta

Un mois et demie plus tard de l'autre côté de l'Atlantique, se déroulent les JO d'Atlanta. Une bombe contenant des clous et des vis explose le 27 juillet à 1h19 du matin au parc olympique du Centenaire. Le bilan est de deux morts et 111 blessés. En 2003, Eric Robert Rudolph est interpellé. Considéré comme l'auteur de l'attentat (et d'autres encore commis aux Etats-Unis), cet individu proche des mouvements religieux hostiles au gouvernement, sera condamné à la prison à perpétuité.

Deux jours avant le début de la Coupe d'Afrique des Nations 2010 qui doit se dérouler en Angola, les bus de l'équipe de football du Togo sont mitraillés. Des rebelles de l'enclave de Cabinda en Angola "les Forces de libération de l'Etat du Cabinda" tuent deux membres de l'encadrement de la sélection togolaise, et plusieurs autres sont blessés. Le gardien Kodjovi Obilalé (GSI Pontivy) et le défenseur Serge Akakpo ont ainsi reçu des balles, et les "Eperviers" ont préféré se retirer de la compétition. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le comité exécutif de la Confédération africaine de football avait alors suspendu le Togo des deux prochaines CAN, sous prétexte d'une ingérence gouvernementale... Fort heureusement, la Caf était finalement revenue sur sa décision.

Romain Bonte