Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Braillard
Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Braillard | PIERRE ANDRIEU / AFP

"Les Jeux de Rio, c'est demain"

Publié le , modifié le

"Les Jeux de Rio, c'est demain", a insisté le nouveau secrétaire d'Etat aux Sports, Thierry Braillard, jeudi, lors d'un déplacement à l'Insep, "le temple de la performance sportive" selon sa ministre de tutelle, Najat Vallaud-Belkacem.

On a beaucoup de dossiers prioritaires, mais la priorité c'est de montrer  que la France a de formidables atouts, et que l'Insep est un formidable outil  pour toute cette jeunesse qui a envie de la performance sportive", a développé  M. Braillard, aux côtés de la ministre des Droits des femmes, de la Ville, de  la Jeunesse et des Sports. "Il ne faut pas oublier que les Jeux de Rio (NDLR: 2016) c'est demain et  qu'on a vraiment tous les outils pour essayer d'amener de plus en plus de  femmes et d'hommes à obtenir des médailles et faire briller les couleurs  françaises".

Après une visite d'une heure environ au sein de l'Insep, l'usine à  champions du sport français, dans le bois de Vincennes, avec notamment un  passage dans des cabines de cryo-thérapie à -60 et -110 degrés et une petite  séance de tir à l'arc, Mme Vallaud a elle aussi parlé olympisme, mais à plus  long terme, sur le dossier d'une éventuelle candidature française pour les JO  d'été 2024.

"Prématuré"

"Il est un peu prématuré de s'exprimer sur une candidature ou pas de  candidature", a répondu la ministre, interrogée sur ce point par l'AFP. "En  tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'il y a un besoin de concertation avec les  acteurs sportifs", a poursuivi Mme Vallaud-Belkacem, affirmant avoir déjà  rencontré "la plupart des présidents de Fédérations ces derniers jours". "Mais il y a à la fois une appétence pour ces Jeux et en même temps il y a  besoin peut-être de définir le sens de notre candidature, le projet commun,  avant, si nous devions y aller, d'y aller en pack, comme on dit au rugby, d'y  aller ensemble".

"Nous en saurons plus dans quelques mois", a conclu la ministre sur ce  thème, au sujet d'une candidature parisienne qui semble peu défendue par la  nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo. Début mars, alors qu'elle n'était encore  que candidate à la mairie de Paris, Mme Hidalgo s'était déclarée "pas vraiment"  favorable à une candidature de Paris aux JO 2024, les conditions n'étant à ses  yeux pas réunies pour l'instant. Une candidature française à ces JO n'est voulue que par 51,9% des Français,  selon un sondage publié par le quotidien L'Equipe début mars également.

AFP

Omnisport