Sébastien Loeb
Le nonuple champion du monde, Sébastien Loeb | DR

Les exploits de 2012

Publié le , modifié le

Ils n'ont pas tous terminé la saison numéro un de leur sport, mais ils ont marqué la saison de leurs exploits, voire parfois marqué l'histoire de leur discipline. Retour sur ces sportifs qui ont illuminé 2012.

Bradley Wiggins, la vie en jaune
C'était l'année Bradley Wiggins. Alors, certes, le Britannique n'a pas terminé en tête du Pro Tour, mais il a réalisé un quadruplé inédit en remportant les quatre plus prestigieuses courses par étapes du circuit auxquelles il a participé : Paris-Nice, Tour de Romandie, Critérium du Dauphiné et Tour de France. Il a été aux avant-postes en montagne et contre la montre. Devenu le tout premier Anglais à remporter la Grande Boucle, le leader de la Sky a poursuivi sa vie en jaune avec un peu d'or lors des Jeux Olympiques sur ses terres en s'octroyant le titre olympique du contre-la-montre. Avec au passage, le privilège de sonner la cloche lors de la cérémonie d'ouverture. De simple coureur, il est même devenu une icône (rock'n'roll) dans son pays.

Voir la video-->Voir la video


Lindsey Vonn à toute vitesse
Elle fut la reine de la saison blanche. L'Américaine a tout avalé sur son chemin. Non contente de s'adjuger son quatrième globe de cristal du classement général, Lindsey Vonn a également ajouté à sa collection les globes de la descente, super-G et super-combiné pour porter son total à 12 petits globes, un record. Elle a battu le record de points sur une saison détenue jusqu'alors par Janica Kostelic (1980 contre 1970) et s’est également invitée dans le cercle très fermé des skieurs à plus de 50 victoires en carrière (57). Au rayon des records, il lui reste le plus fameux d'Annemarie Moser-Pröll à battre (63 victoires). Elle a déjà égalé l'Autrichienne au nombre de globes consécutifs en descente (5). Encore six succès en course dans cette discipline et la skieuse du Minnesota égalera son illustre aînée. Sa seule déception de l'année : s'être vu refuser le droit de concourir avec les hommes.

Lionel Messi : L'homme-record
L'Argentin a dû se contenter d'une vulgaire Coupe d'Espagne cette année pour la ligne collective de son palmarès. Mais dans la catégorie individuelle, il s'est placé au firmament de son sport. En janvier, Lionel Messi a reçu son troisième Ballon d'Or consécutif, rejoignant Michel Platini (1983, 1984, 1985) dans l'Histoire. Mais là où le Français affichait 30 printemps au compteur, la Pulga n'en comptait alors que que 24. Son plus beau record, Messi l'a fixé en décembre, effaçant des tablettes Gerd Müller et ses 85 réalisations pour porter le nouveau total sur une année civile à 91 buts. Au passage, le prodige sud-américain aura signé le record de buts en Ligue des champions (14) et en Liga (50) ainsi que le plus grand nombre de titres consécutifs de meilleur buteur de C1 (4). Et il n'a pas seulement réservé ses exploits au Barça. L'Albiceleste a aussi eu le droit à un peu de son aura. Messi a égalé sous le maillot argentin le record de Batistuta (12 buts en 9 matches sur une année).

Voir la video-->Voir la video



Bravo l'Espagne !
Meilleure équipe de ces dernières années, l'Espagne n'en finit plus de conforter son rang. Après avoir réalisé le doublé Euro-Mondial entre 2008 et 2010, la Roja est devenue la première nation à conserver titre européen après un large succès sur l'Italie (4-0). Iniesta et les siens sont également devenus les premiers à enchaîner trois succès internationaux consécutifs. Le sacre d'une génération en or portée par les stars de Barcelone et à un degré moindre celles du Real. Mais sans jamais nuire au collectif. Le secret de cette incroyable réussite, ou quand le talent individuel bonifie l’ensemble de l’équipe.

Roger Federer , le numéro un des numéros un
On le disait en fin de parcours. Mais la trentaine passée, le Suisse a toujours de la ressource. Il aura sans doute encore plus de déception cette saison que de satisfaction, mais peu lui importe. A 31 ans, Federer ne court plus après les titres même si celui glané à Wimbledon, son jardin, lui a redonné le sourire. Un septième sacre britannique (le 17e au total en Grand Chelem) qui le propulse, près de deux ans après, à la première place du classement ATP. Il fait ainsi aussi bien au palmarès du tournoi que Pete Sampras, mais aussi au classement ATP en s'installant pour la 286e semaine au sommet. Un total qu'il portera à 300 semaines avant de céder la main à Novak Djokovic, avec au passage une médaille d'argent olympique.

Sébastien Loeb, neuf ça suffit !
La seule personne qui pouvait stopper l'Alsacien, c'était lui-même. Sans doute lassé de ne plus avoir de challenges à relever, Sébastien Loeb a donc choisi de changer d'horizon et de s'éloigner un peu du monde du rallye. Il reviendra tout de même disputer quelques courses pour Citroën l'an prochain. Loeb part sur un neuvième titre consécutif et neuf nouvelles victoires en poche (sur 13 courses) pour accroître un peu plus le record en carrière (76). Il a outrageusement dominé la concurrence, reléguant les Ford à plus de 100 points au classement mondial.

Voir la video-->Voir la video

Omnisport