Claude Onesta
Claude Onesta | JONATHAN NACKSTRAND / AFP

Le top 10 des sélectionneurs français

Publié le , modifié le

La réussite de Claude Onesta avec l'équipe de France de handball est sans égal dans le monde du sport. Mais le sport tricolore a compté et compte encore bien d'autres meneurs d'hommes, capable de transcender un groupe, et le mener aux sommets. Après un débat animé, la rédaction de francetvsport.fr a tranché et donné son top 10 des sélectionneurs.

1. Claude Onesta

Claude Onesta
Claude Onesta

Avec sept victoires en autant de finales de tournois majeurs, Claude Onesta est sans conteste le sélectionneur français le plus titré. S'il a certes bénéficié d'un vivier de joueurs exceptionnel, l'Albigeois a encore démontré au Danemark qu'il savait extraire la substantifique moelle de ses joueurs, et créer de la cohésion entre l'ancienne et la nouvelle génération. Malgré l'adversité, comme lors de l'affaire des paris suspects, Onesta a su préserver ses joueurs. A l'image du jeune Valentin Porte, complètement libéré face à l'Espagne en demi-finale de l'Euro, Onesta parvient à intégrer chaque joueur dans le groupe en un temps record. Avec Onesta, le joueur est avant tout au service du collectif, qu'il soit star ou remplaçant.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:
- Médaille d'or aux JO 2012
- Médaille d'or aux JO 2008
- Médaille d'or au Mondial 2011
- Médaille d'or au Mondial 2009
- Médaille de bronze au Mondial 2005
- Médaille de bronze au Mondial 2003
- Médaille d'or à l'Euro 2014
- Médaille d'or à l'Euro 2010
- Médaille de bronze à l'Euro 2008
- Médaille d'or à l'Euro 2006

2. Yannick Noah

Yannick Noah motive Henri Leconte et Guy Forget
Yannick Noah motive Henri Leconte et Guy Forget

Plus qu'un tacticien, Yannick Noah est un préparateur mental hors du commun. Le vainqueur de Roland-Garros 1983 est l'un des rares capables de transcender un joueur en plein doute et d'en faire un champion le jour J. En 1991, Noah convainc Henri Leconte de redoubler d'efforts après une opération au dos, motive Guy Forget et la France remporte la Coupe Davis dans une ambiance incroyable face aux Etats-Unis de Pete Sampras et Andre Agassi. Cinq ans plus tard, celui qui s'est entre-temps reconverti en chanteur, réussit le même coup avec Cédric Pioline, Guillaume Raoux, Forget et Arnaud Boetsch en Suède. Reconnu pour ses compétences, le PSG fait même appel à lui pour galvaniser ses joueurs, avant la victoire en finale de la Coupe d'Europe… L'année suivante, Noah met son talent au service du tennis féminin, et fait triompher l'équipe de Fed Cup composée de Mary Pierce, Sandrine Testud, Nathalie Tauziat et Alexandra Fusai.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:
- Fed Cup 1997
- Coupe Davis 1996
- Coupe Davis 1991

3. Aimé Jacquet

Aimé Jacquet
Aimé Jacquet

Critiqué comme jamais un sélectionneur ne l'avait été avant lui, Aimé Jacquet a construit sur la durée, et contre vents et marées une équipe aussi solide que technique. Adjoint de Gérard Houllier, il prend la relève après l'échec de l'automne 1993, avec l'objectif de préparer la Coupe du monde 1998. Après les qualifications de l'Euro 1996, il écarte les vedettes que sont Eric Cantona, Jean-Pierre Papin ou encore David Ginola, et donne les clés de l'équipe de France à des valeurs sures comme Didier Deschamps, et Laurent Blanc. Moqué par la presse, mais apprécié du grand public, Jacquet démontrera avec le sacre du Mondial 1998, qu'il était finalement l'homme de la situation. Et à tous les grands spécialistes du football qui le qualifiaient de "brave type", l'ancien joueur de Saint-Etienne et Lyon peut rappeler que, le matin même de la finale, il avait demandé à Zidane de se placer au premier poteau lors des corners... Depuis, Jacquet reste à jamais lié au titre mondial de 1998.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:
- Coupe du monde 1998
- Demi-finale à l'Euro 1996

4. Daniel Costantini

Daniel Costantini
Daniel Costantini

Si aujourd'hui tout le monde parle de Claude Onesta, il ne faut pas oublier que le premier sélectionneur à avoir donné un titre mondial dans un sport collectif français, ce n'est autre que Daniel Costantini. A l'opposé de celle d'Onesta, la méthode Costantini reposait sur le rapport de force entre lui et ses joueurs. En 1995, le natif de Marseille et sa bande de "barjots" séduisent toute la France en remportant le Mondial en Islande. Certains disent même que ce titre a servi de déclic à l'ensemble des sportifs français, et notamment aux footeux du Mondial 1998. Même si les JO restent pour lui une déception, le deuxième sacre mondial obtenu en 2001 lui confère une dimension de grand coach.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:
- Médaille de bronze aux JO de 1992
- Médaille d'or au Mondial 2001
- Médaille de bronze au Mondial 1997
- Médaille d'or au Mondial 1995
- Médaille d'argent au Mondial 1993

5. Vincent Collet

Vincent Collet et Tony Parker
Vincent Collet et Tony Parker

Donner l'envie de gagner coule de source chez ce passionné de basket. Vincent Collet sait communier avec ses joueurs, car il respire et vit pour et au travers de la balle orange. Il y a bien un monde entre ce tacticien pragmatique, discret, presque effacé, et l'univers des vedettes de la NBA. Mais à voir la relation tissée depuis des années entre Collet et Tony Parker, l'alchimie qui s'opère est remarquable. Les grands discours, et les coups de gueule ne sont pas les principaux atours de Collet, qui opère plus dans le souci du détail, le culte de la stratégie. Et après des années d'attente, il a enfin donné au basket tricolore un premier titre majeur, lors de l'Euro 2013.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:
- Médaille d'or à l'Euro 2013
- Médaille d'argent à l'Euro 2011

6. Olivier Krumbholz

Olivier Krumbholz
Olivier Krumbholz

Durant ses 15 années à la tête de l'équipe de France féminine de hand, Olivier Krumbholz a forcément laissé une trace indélébile. Le Lorrain a été contraint de quitter le navire bleu en juin 2013 après avoir pourtant qualifié les Françaises pour le Mondial. Mais il laisse derrière lui un héritage certain et un palmarès qui impose le respect, avec pour point d'orgue, le titre mondial obtenu en 2003 face à la Hongrie, au terme d'un scénario incroyable (la France était menée de 7 buts à sept minutes de la fin, pour finalement l'emporter 32-29). Personnage entier, ses colères lui ont peut-être coûté sa place, mais elles ont aussi souvent servi de moteur à "ses filles", comme il les appelait affectueusement. Les 19 qualifications d'affilée des Bleues pour des compétitions internationales parlent d'elles-mêmes.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:
- Médaille d'or au Mondial 2003
- Médaille d'argent au Mondial 2011
- Médaille d'argent au Mondial 2009
- Médaille d'argent au Mondial 1999
- Médaille de bronze à l'Euro 2006
- Médaille de bronze à l'Euro 2002

7. Michel Hidalgo

Michel Hidalgo
Michel Hidalgo

Il avait déjà fait des merveilles avec les Bleus lors du Mondial espagnol, terminant quatrième du grand rendez-vous planétaire de 1982. C'est finalement deux ans plus tard, au championnat d'Europe 1984, que Michel Hidalgo soulève un trophée, le premier majeur de l'histoire de l'équipe de France de football. Il a insufflé cette sorte de romantisme dans le jeu des Tricolores, alors capables de mourir sur le terrain. Et même si Hidalgo a profité de la présence de joueurs tels que Michel Platini, ou Maxime Bossis, il a donné une âme à cette équipe, et mis en place un jeu offensif avec un collectif extrêmement performant. Ce n'est pas pour rien qu'il a été désigné entraîneur européen de l'année par le magazine anglais World Soccer, en 1984.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:
- Championnat d'Europe 1984
- Demi-finale du Mondial 1982

8. Jacques Fouroux

Jacques Fouroux
Jacques Fouroux

Le rugby français pleure encore ce personnage haut en couleurs. "Le petit caporal" n'a jamais vraiment quitté ce brassard de capitaine du XV de France, car même en tant que sélectionneur, il vivait intensément les rencontres, n'hésitant pas à taper du poing sur la table dans le vestiaire, quand il sentait que son équipe n'était pas assez impliquée. Un bon coach est un coach qui sait transmettre son savoir à ses joueurs, et c'est bien ce qu'il fit lorsque les Tricolores réalisèrent deux Grands Chelems en 1981 et 1987. C'est d'ailleurs en 1987, que Fouroux faillit devenir le premier sélectionneur français à remporter un titre mondial, mais les Bleus s'inclinèrent face aux All Blacks (29-9) en finale de la première Coupe du monde, en Nouvelle-Zélande.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:

- Tournoi des Six nations 1989
- Tournoi des Six nations 1988
- Tournoi des Six nations 1987 (Grand Chelem)
- Tournoi des Six nations 1986
- Tournoi des Six nations 1983
- Tournoi des Six nations 1981  (Grand Chelem)
- Finale de la Coupe du monde 1987

9. Pierre Vincent

Pierre Vincent
Pierre Vincent

C'est en parallèle de ses fonctions d'entraîneur en clubs que Pierre Vincent assure sa mission de sélectionneur. Une mission qu'il ne prend pas vraiment à la légère. D'un premier titre continental en 2009, à une place de vice-champion d'Europe en 2013, en passant par une médaille de bronze en 2011, et une superbe breloque d'argent aux JO de Londres, Vincent a façonné cette équipe de A à Z. Lui qui avait notamment conduit les juniors à un titre européen en 2000, avec des jeunes dénommés Parker, Diaw ou Turiaf, dans son équipe, collectionne les trophées. Décrit comme un véritable "chef d'orchestre" par l'emblématique capitaine Céline Dumerc, Pierre Vincent est surtout toujours parvenu à gérer les égos des un(e)s et des autres. Sans jamais hausser le ton, il sait se faire comprendre, et le feeling avec ses joueuses passe naturellement.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:

- Médaille d'argent aux JO 2012
- Médaille d'or à l'Euro 2009
- Médaille de bronze à l'Euro 2011
- Médaille d'argent à l'Euro 2013

10. Jean-Claude Skrela

Raphaël Ibanez et Jean-Claude Skrela
Raphaël Ibanez et Jean-Claude Skrela

Celui qui composait dans les années 1970 la meilleure troisième ligne du monde avec Jean-Pierre Rives et Jean-Pierre Bastiat n'a pas tardé à faire ses preuves en tant que sélectionneur. Grand par la taille et par le talent, l'enfant de Colomiers, devenu Directeur technique national, n'a jamais trop apprécié le feu des projecteurs. Et face à ses joueurs, il se souciait bien plus du fond de jeu développé par ceux-ci, que de leur engagement sur le terrain. Se décrivant lui-même comme un éternel insatisfait, Skrela était taillé pour jouer au rugby et diriger des rugbymen. Comme Fouroux en 1987, son plus grand regret restera sa finale de Coupe du monde perdue en 1999 (35-12) contre l'Australie, après avoir pourtant sorti les All Blacks en demi-finale.

PALMARES DE SELECTIONNEUR:

- Tournoi des Six nations 1998 (Grand Chelem)
- Tournoi des Six nations 1997 (Grand Chelem)
- Finaliste de la Coupe du monde 1999

Romain Bonte