Pistorius tribunal larmes 102014
Oscar Pistorius au tribunal de Pretoria | MUJAHID SAFODIEN / POOL / AFP

La demande de libération anticipée de Pistorius de nouveau étudiée

Publié le , modifié le

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, condamné à 5 ans de prison pour avoir tué sa compagne la nuit de la Saint-Valentin en 2013, pourrait savoir jeudi s'il est libéré ou non, au terme d'une nouvelle réunion de la commission des libérations anticipées.

Sa demande de libération a fait l'objet de plusieurs examens depuis quatre  mois, donnant lieu à autant de rebondissements. En juin, la commission des libérations anticipées décide de libérer Oscar  Pistorius le 21 août, dix mois après son incarcération. Mais contre toute  attente, le ministère de la Justice s'y oppose à la dernière minute, demandant  à une commission en appel de réexaminer la demande. En octobre, troisième rebondissement: cette commission refuse finalement de  trancher et renvoie, à la surprise générale, le dossier à la première  commission. Oscar Pistorius est en théorie libérable depuis le 21 août, la loi  sud-africaine permettant aux condamnés pour homicide involontaire de sortir  après avoir purgé un sixième de leur peine.

Si la star déchue était libérée de façon anticipée, ses ennuis judiciaires  seraient cependant loin d'être terminés. Le ministère public a fait appel du  verdict en première instance et le procès en appel est prévu le 3 novembre. Oscar Pistorius avait acquis la stature de héros en devenant le premier  athlète handicapé à courir avec des valides aux jeux Olympiques de 2012 à  Londres. Le sportif amputé des deux jambes faisait alors la fierté de l'Afrique  du Sud, et de millions de handicapés dans le monde. Quelques mois plus tard, il faisait la Une des journaux mais à la rubrique  faits divers, après avoir tué par balles sa compagne la top-modèle Reeva  Steenkamp, enfermée dans les toilettes. L'ancien sportif a toujours plaidé la  méprise: il a affirmé qu'il pensait qu'un voleur s'était introduit dans sa  maison sous haute protection de Pretoria et s'était caché dans les toilettes.

AFP

Omnisport