Valérie Fourneyron
Valérie Fourneyron | AFP

La Cour des comptes recommande la refonte des financements publics

Publié le , modifié le

La Cour des comptes recommande une refonte de l'organisation et du financement du sport en France, critiquant un saupoudrage des aides de l'Etat inefficace tant dans la démocratisation de la pratique sportive quotidienne que dans la récolte de médailles aux Jeux Olympiques.

Dans un rapport rendu public jeudi et premier du genre, la Cour dresse un  constat sévère de la situation actuelle, près de 50 ans après la décision du  général De Gaulle, furieux du piètre résultat de la France aux Jeux olympiques  de Rome en 1960, de développer le sport tant amateur que de haut niveau en  France. Pour la Cour qui rappelle le contexte actuel de "grande tension pour les  finances publiques", ce modèle des années 60 a montré ses limites. L'Etat  consacre 4,3 milliards d'euros par an au développement des politiques sportives.

Interrogée par l'AFP, la ministre des Sports Valérie Fourneyron a estimé  que ce rapport confortait sa "feuille de route". "Sur ses 19 recommandations,  il y en a 19 que je partage, dont la moitié que mon ministère a déjà engagée",  a-t-elle déclaré. "Il montre très clairement que les inégalités sont encore très fortes et  qu'il faut prendre des mesures énergiques pour les corriger parce que pour  l'instant, le modèle sportif français est mal organisé", a-t-elle ajouté.

Selon la Cour en effet, l'Etat doit "concentrer les moyens dont il dispose  au service de priorités resserrées dans le cadre de deux grandes priorités  qu'il a défini: le développement du sport pour tous, l'excellence du sport de  haut niveau". Sur ce dernier point, si la France est le 5e pays ayant envoyé des athlètes  en finale (les huit derniers) aux Jeux olympiques de Londres, "ces résultats  comportent des fragilités", notamment dans le sport féminin, les sports  collectifs et le handisport. "En se mondialisant et en se professionnalisant,  le sport évolue dans un contexte de concurrence internationale avivée", estime  la Cour.

"Plus grande sélectivité"

Face à ces enjeux, la France reconnaît pas moins de 119 disciplines de haut  niveau. La liste des sportifs de haut-niveau, établie par le ministère des  Sports, recense environ 15.000 personnes dont 8.000 "espoirs et partenaires  d'entraînement" qui ne deviennent pas souvent athlètes. Mais, observe la Cour, les aides financières directes de l'Etat à 3.137  athlètes de haut niveau (1.200 au Royaume-Uni) sont "très dispersées" et leur  impact pas évalué. Aussi encourage-t-elle à "une plus grande sélectivité".

Une recommandation qui risque de faire grincer des dents puisque la Cour  suggère "un resserrement des disciplines reconnues de haut niveau" et "une plus  grande concentration des moyens" sur les sportifs "les plus performants". Au delà, elle suggère de réformer la gouvernance du sport de haut niveau,  en confiant les rênes à l'Institut national du Sport, de l'Expertise et de la  Performance (Insep).

Plus généralement, la Cour critique la dispersion des fédérations sportives  en France: elles sont 117 - dont deux de chiens de traineau et une de flying  disc - alors qu'il y en a moitié moins en Allemagne, en Espagne ou en Italie. Elles se partagent 85,6 millions d'euros et 1.680 conseillers techniques  sportifs, des agents de l'Etat dont la masse salariale représente 110 millions  d'euros par an, par le biais de conventions d'objectifs signées avec le  ministère des Sports.

Or, souligne la Cour, des fédérations riches comme celle de football  disposent encore aujourd'hui d'un nombre conséquent de conseillers alors que  ceux-ci pourraient être redéployés vers des sports moins connus et qui attirent  de plus en plus de licenciés, comme le karaté ou le taekwondo. La Cour pousse également le ministère à davantage d'exigence dans  l'attribution des agréments aux fédérations, pour "favoriser les  rapprochements". Elle recommande aussi une refonte de l'assiette de la taxe  "Buffet" sur les droits de retransmission des compétitions sportives, afin d'y  ajouter les droits cédés depuis l'étranger.

AFP

Omnisport