portrait Chantal Jouanno ministre de sports 11 2010
Chantal Jouanno, ministre des sports | AFP - Lionel Bonaventure

Jouanno: "On a effacé notre mauvaise note"

Publié le , modifié le

Après trois jours d'auditions intensives par la commission d'évaluation, la ministre des sport Chantal Jouanno estime que la candidature d'Annecy à l'organisation des JO d'hiver 2018 a effacé ses déboires techniques qui avaient conduit à une mauvaise appréciation du CIO en juin dernier.

Les auditions des organisateurs par la commission sont tenues sous le sceau du secret. Pouvez-vous nous en dévoiler quelques détails tout de même ?
"C'est une ambiance très studieuse, très rigoureuse. Tout est très cadré car le temps nous est compté. Les questions de la commission sont très précises mais ses membres sont très positifs, très +aidants+. Il n'y a pas de questions pièges. Ils recherchent seulement des garanties jusque dans des détails incroyables. Ils nous ont posé une question sur la taille des lits: +Quelle est votre flexibilité sur la taille des lits+ pour des sportifs de grande taille?"

Les membres laissent-ils transparaître ce qu'ils pensent de la candidature ?
"On a des messages très positifs sur l'organisation, la qualité du dossier, les visites des sites parce qu'ils sont magnifiques et qu'il y a du monde. Ils sont sensibles au fait que l'on a totalement refait le projet depuis juin. Cela prouve que l'on est humble. Ils ont aussi beaucoup apprécié aussi la présence du gouvernement, du président de la République et de plusieurs ministres de premier plan."

Concrètement que signifie l'engagement de l'Etat? Comment se matérialise-t-il ?
"Sur chacun des 17 thèmes du dossier de candidature, il y a une présentation de nos engagements. Par exemple, sur les finances cet après-midi (vendredi), François Baroin a fait une présentation d'une quinzaine de minutes expliquant le partenariat public/privé. On lui demande: +si le privé est défaillant, est-ce que l'Etat se substitue systématiquement?+ Et pour chaque réponse, il faut tout reconfirmer par écrit, par lettre signée par le ministre."

Considérez-vous que la visite de la commission, même si elle n'est pas vraiment terminée à cette heure, est un succès ?
"On a coché la case +validation technique+. Sur ce point, on a effacé la mauvaise note (que le CIO avait attribué à la candidature en juin, ndlr)."

Place maintenant à la stratégie de lobbying...
"Il y a une centaine de votants. Il va falloir pour chacun identifier l'axe du dossier auquel il est le plus sensible: les Paralympiques, les transports... C'est le rôle des membres du CIO et notamment du bureau international confié à Guy Drut. Sur la partie lobbying pour laquelle nous n'étions pas armés, nous avons désormais Andrew Craig qui a participé à la victoire de Londres, Vancouver et Sotchi...

Et vous avez désormais le président de la République. Il sera à Durban lors de l'élection, le 6 juillet ?
"Ca ne m'étonnerait pas qu'il vienne."

AFP

Omnisport