Ils ont réussi leur come back
Lauda, Clijsters, Torres... Tous ont réussi leur comeback. | DR

Jordan, Lauda, Maier ou Clijsters... Comme Phelps, ils ont réussi leur come-back

Publié le , modifié le

Avec trois meilleures performances mondiales en autant de jours, Michael Phelps est bel et bien de retour. Le nageur américain a en ligne de mire les Jeux de Rio. S’il réussit à remporter à nouveau des titres olympiques, Phelps pourrait bien s’inscrire dans l’histoire des comebacks sportifs réussis. Retour sur cinq d’entre eux, qui ont essayé de tourner la page suite à des accidents, pauses maternité ou envies d’arrêter. Avant de revenir au sommet.

Niki Lauda (Formule 1)

Son histoire a récemment été le sujet d’un film hollywoodien (Rush), mais son comeback reste l’un des plus beaux et des plus rapides de l’histoire. En 1976, le pilote de Formule 1 autrichien semble bien parti pour empocher un second titre de champion du monde. Mais le 01 août, au GP de Nürburgring, c’est la catastrophe. Dans le deuxième tour, il perd le contrôle de sa voiture, qui s’embrase. Prisonnier des flammes pendant plus d’une minute, Lauda est sauvé inconscient par les pilotes Merzario, Lunger, Edwards et Ertl. Grièvement brûlé au visage, et souffrant de graves problèmes respiratoires, un prêtre est envoyé à l’hôpital pour lui appliquer les derniers sacrements. Et pourtant, moins de six semaines après ce terrible accident, Lauda est au départ du Grand Prix d’Italie, le crâne bandé et les brûlures encore vives. Il se classe quatrième de la course, avant de se classer deuxième du championnat du monde, derrière son meilleur ennemi James Hunt. Niki Lauda décrochera son deuxième titre de champion un an plus tard. 
En 1978, il décide d’arrêter sa carrière, pour se consacrer au développement de sa compagnie aérienne Lauda Air. Le pilote autrichien reviendra finalement au volant d’une Formule 1 deux ans plus tard. Avec à la clef, un troisième et dernier titre de champion du monde.

Michael Jordan (Basket)

Le plus grand basketteur de tous les temps a lui aussi connu des temps d’arrêts dans sa fantastique carrière. En 1993, Michael Jordan annonce le premier arrêt de sa carrière, alors que les Bulls viennent de remporter trois saisons de suite le titre NBA. Mais à 30 ans, le basketteur n’est plus intéressé par son sport, et se reconvertit dans… le baseball. Pendant trois ans, il évolue au sein de l’équipe des White Sox. Mais « Air Jordan » est vite rattrapé par son amour du basket, et signe son grand retour dans le milieu en annonçant tout simplement « I’m back » dans un communiqué de presse. Entre 1996 et 1998, les Bulls remporteront à nouveau trois titres NBA. Jordan quitte à nouveau les parquets en 1999. Son deuxième comeback avec les Washington Wizards un an et demi plus tard, connaîtra moins de succès. Il arrêtera définitivement le basket en 2003, à l'âge de 40 ans.

Kim Clijsters (Tennis)​

En 2005, Kim Clijsters était numéro un mondiale, et grand vainqueur de l’US Open. Mais deux ans plus tard, la joueuse de tennis belge décide d’arrêter sa carrière. Enceinte, elle souhaite voir sa fille grandir. Mais en 2009, l’envie de reprendre la compétition est trop forte. Clijsters retourne sur les courts, et remporte l’US Open à la surprise générale, alors qu’elle était invitée par les organisateurs (puisque non classée au classement WTA). Elle devient alors la première mère de famille à remporter un tournoi de Grand Chelem, depuis 1980. La  tenniswoman gagnera à nouveau ce Grand Chelem en 2010, avant de remporter l’Open d’Australie en 2011. Kim Clijsters, sous les yeux de sa fille Jade, retrouve les sommets du WTA. Ce n’est qu’en 2012 que la joueuse belge prendra définitivement sa retraite. 

Hermann Maier (Ski)

Assurément l’une des plus belles histoires du sport. En 2001, alors qu’il est au sommet de sa forme, le skieur Hermann Maier a un accident de moto. Le champion autrichien est alors gravement blessé ; on parle même d’une possible amputation de sa jambe droite. Et pourtant. Après deux saisons loin des pistes, Maier reprend la compétition en 2003. Il parvient à peine deux semaines plus tard à remporter le Super G de Kitzbühel (Autriche). Un an après, il gagne la Coupe du monde. En 2006, le skieur d’alors 34 ans récolte deux médailles aux JO de Turin : l’argent en Super-G, et le bronze en slalom géant, dont il est le champion du monde en titre. L’accident de 2001 n’est alors plus qu’un lointain souvenir… 

Dara Torres (Natation)

Dara Torres a arrêté par deux fois sa carrière, avant à chaque fois de reprendre le chemin des bassins. En 1984, la nageuse est devenue championne olympique du 4x100m 4 nages, avant de glaner d’autres médailles à Séoul et Barcelone. Cette année-là, elle décide, à 25 ans seulement, d’arrêter sa carrière, alors qu’elle est la seule nageuse américaine à avoir été médaillée sur trois Olympiades. En 1999, après avoir été mannequin, puis consultante, Dara Torres revient dans les bassins, en s’étant fixé le défi de se qualifier pour les Jeux de Sidney. Le pari est plus que réussi puisqu’elle y remporte, à 33 ans, cinq médailles : l'or sur 4x100 m libre et 4x100 m 4 nages, ainsi que le bronze sur 100 m papillon, 100 m libre et 50 m libre. La championne américaine arrête une seconde fois sa carrière.
Mais l’amour des bassins est décidément trop fort, et Dara Torres renoue à nouveau avec la compétition en 2006. L’objectif : les Jeux de Pékin, ses cinquièmes Olympiades. A 40 ans, elle y remporte trois médailles, toutes d’argent : 50m nage libre, 4x100m nage libre, et 4x100m 4 nages. Avant de définitivement tirer un trait sur une carrière hors-norme.

Omnisport