"Joe Biden devra recoller les morceaux" avec les athlètes, selon un spécialiste du sport américain

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Joe Biden
Joe Biden, mardi lors du jour de l'élection, après son discours au Chase Center de Wilmington, dans le Delaware. | ANGELA WEISS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Andrew McGregor est professeur d'histoire à l'Université de Dallas et spécialiste du sport américain. Alors que Joe Biden est investi président des Etats-Unis ce mercredi 20 janvier, il revient pour France.tv sport sur les liens particuliers qui unissent les présidents au sport américain.

Donald Trump a connu quatre années mouvementées avec les sportifs. Certains estiment qu'il a abîmé le lien particulier qui existait entre les présidents et le sport américain. Quels sont les leviers dont dispose Joe Biden pour restaurer ce lien ? 
Andrew McGregor :
"Je pense que ce sera important pour Joe Biden de reconnaître le pouvoir des athlètes et de s'occuper des nombreux problèmes sur lesquels ils se sont exprimés, comme la brutalité policière ou les inégalités. Ce sont des problèmes qui ne vont pas disparaître avec le départ de Trump. Les athlètes ne vont pas se taire parce qu'il est parti. Je pense que ce sera essentiel pour lui. Il doit montrer qu'il est à l'écoute et que son gouvernement va s'investir dans ces sujets. Ce ne sera pas forcément populaire, mais ça aidera à apaiser les tensions de ces dernières années.

à voir aussi Le mandat tumultueux de Donald Trump avec les sportifs américains, en quatre actes Le mandat tumultueux de Donald Trump avec les sportifs américains, en quatre actes

Je pense en revanche que Biden devra recoller les morceaux concernant les événements publics, comme les visites à la Maison Blanche. Car le mandat Trump a entraîné une véritable polarisation partisane, même dans le sport. Les athlètes conservateurs pourraient exprimer leur désaccord avec sa politique, par exemple. Donc ce sera intéressant de voir comme il va recréer l'unité, peut-être justement en se servant du sport. Le sport a toujours été un outil pour l'unité. On vient d'apprendre par exemple que Biden possédait un vélo "Peloton" (un vélo d'appartement connecté, ndlr) très populaire, ce qui semble avoir déjà poli son image pour certains... George W.Bush et Barack Obama avaient tous les deux utilisé le sport pour leur image, j'imagine que Biden pourrait faire de même." 

à voir aussi Entre Donald Trump et les sportifs américains, une fracture irréparable Entre Donald Trump et les sportifs américains, une fracture irréparable

En France, le gouvernement a mis en place des aides pour le secteur du sport pendant la crise du coronavirus. Ce n'est sans doute pas dans la culture politique américaine : Joe Biden pourrait-il envisager une politique similaire afin de restaurer la confiance avec le monde du sport ? 
A.M : "Je pense que Biden pourrait offrir de l'aide, mais la plupart des sports professionnels et universitaires ont été maintenus pendant la pandémie. Je ne vois pas Biden mettre en place des aides directes aux sportifs, cela ne serait pas bien vu par une grande partie des Américains qui souffrent énormément. Il faut dire que les Etats-Unis n'ont que très peu aidé les classes moyennes pendant cette crise. La meilleure chose que le nouveau président pourrait faire est d'aller vers plus de normalité, notamment en investissant dans une campagne de vaccination efficace. Cela permettrait aux Américains de reprendre leur vie normale, que ce soit en se rendant aux grands événements sportifs, en pratiquant en club ou à l'école. Une fois que le vaccin aura fait le job, il pourrait se rendre à un événement majeur et montrer que tout est redevenu normal, à travers le sport."

Y a-t-il une sorte de rapport historique entre les Présidents et les sportifs américains ?
A.M :
"Je pense que oui. Les présidents ont montré de l'intérêt pour le sport depuis le XXe siècle. Ils pratiquent du sport, ils en regardent, ils rencontrent les athlètes. C'est pendant la Guerre froide que la tradition d'honorer les clubs champions à la Maison Blanche a pris racine, et cela a, depuis, permis une vraie relation Président-sportifs. Les athlètes ont aidé les présidents à atteindre les citoyens de tous les jours et promouvoir leurs idées ou leur politique. De retour de la Seconde Guerre mondiale, le champion de boxe Joe Louis avait été photographié avec Franklin Roosevelt, pour lever des fonds mais aussi pour l'image du président. John Fitzgerald Kennedy s'est lié d'amitié avec des athlètes ou de grands entraîneurs, et les a nommés au sein de son Conseil pour la santé des jeunes. Richard Nixon a prolongé cette dynamique, en invitant des gens comme George Foreman à la Maison Blanche, et en devenant quelque chose comme "le supporter en chef".  

Même Donald Trump a joué au golf avec quelques grands athlètes comme Brett Favre (joueur de football américain, ndlr). Barack Obama a joué au basket et au golf. Ces dernières années, la relation a en revanche été plus personnelle que politique. Donald Trump a utilisé le sport pour sa "marque" et pour draguer son électorat blanc conservateur. Il aimait être vu avec des gens populaires et importants. Barack Obama semblait un vrai fan de sport et prenait vraiment plaisir à passer du temps avec certains de ses modèles." 

Comment Joe Biden peut-il s'inscrire dans ce rapport ? 
A.M :
"Je ne sais pas vraiment. Il n'a pas l'air d'être aussi sportif que d'autres, et à son âge je ne le vois pas aller faire des paniers avec des stars NBA. Il pourrait éventuellement nourrir cette relation en se montrant à l'écoute des athlètes qui ont pris la parole dernièrement, plutôt que de tout envisager selon sa propre célébrité. Je le vois bien les faire contribuer à la discussion sur la manière dont il faut reconstruire l'unité et la justice aux Etats-Unis." 

Propos recueillis par

Omnisport