Le français Yannick Szczepaniak
Le français Yannick Szczepaniak | VALERY HACHE / AFP

JO 2008 : Yannick Szczepaniak devient officiellement médaillé de bronze en lutte gréco-romaine

Publié le , modifié le

Agée de 36 ans et lutteur retraité, Yannick Szczepaniak est officiellement médaillé de bronze en lutte gréco-romaine (-120 kg), au JO de Pékin 2008. Le colosse de Sarreguemines aura donc dû attendre huit ans, et la disqualification du Russe Khasan Baroev, pour pouvoir monter sur le podium olympique.

Yannick Szczepaniak est actuellement en poste à la direction départementale de la cohésion sociale du Val-de-Marne. Il a eu le droit à une sacrée surprise ce lundi matin. La validation de la United Wrestling Federation qui lui permet d'être officiellement médaillé de bronze aux JO de Pékin, huit ans après. Il rejoint ainsi les deux frères Guénot au palmarès de ces JO 2008 et est projeté par la même occasion dans l'histoire de la lutte et du sport français.

Yannick Szczepaniak a réagi à l'annonce : "quand j’ai eu l’officialisation, à chaud, je dois avouer que j’ai une sensation bizarre ! Franchement, c’est le 1er mot qui me vient à l’esprit. Je ne m’y attendais pas du tout, j’avais fait le deuil de cette compétition. Alors oui, une fois que j’ai eu le temps de me poser un peu, bien entendu que je me suis senti heureux et fière. Aujourd’hui, je suis membre du club très fermé des sportifs français médaillés olympiques, c’est quand même quelque chose ! Cette joie et ce sentiment de fierté sont forcements un peu contrastés par le fait que je vive ce moment de cette manière. Je veux dire qu’il me manque l’ambiance des JO, le partage avec mes copains de galère, mais aussi le partage avec la famille olympique française. Une médaille de bronze Olympique, c’est un podium et une marseillaise, un rêve qui se réalise et qui met en perspective beaucoup de sacrifices que tu as pu faire dans ta vie ! Je suis passé à côté de beaucoup de belles choses et de sollicitations, c’est certain, mais je ne vais pas refaire le passé. Aujourd’hui, je retiens que je suis médaillé olympique et ce n’est pas rien ! J’attends avec impatience ma remise de médaille, qui sait, peut être à l’occasion d’une belle fête en 2017 devant le public de l’AccorHotels Arena lors du Mondial à Paris ?"

francetv sport @francetvsport