Anti-dopage
. | FREDRIK VON ERICHSEN / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

En France, les contrôles antidopage seront désormais possibles la nuit

Publié le , modifié le

Les contrôles antidopage de nuit seront désormais possibles en 2016. C'est ce qu'a annoncé Thierry Braillard, le secrétaire d'Etat aux Sports. Cette nouveauté devrait notamment être mise en application lors de l'Euro 2016.

Les contrôles antidopage de nuit seront donc possibles en France à partir de  2016. Cela concerne ainsi le prochain Euro de football. Cette nouveauté n'est en réalité qu'une application du nouveau code mondial antidopage, qui avait été promulgué le 01 janvier dernier. Il est pour l'heure interdit en France de procéder à des contrôles entre 23h et 6h du matin, ce qui va donc changer en 2015. "Les fédérations nationales disposeront de six mois pour les inscrire dans leur réglementation et au 30 juin 2016 au plus tard, tout sera opérationnel", a annoncé le secrétaire d'Etat Thierry Braillard, en soulignant que le président de la République François Hollande avait signé le texte, et que celui-ci allait passer devant le Parlement. 

"La transcription respecte à la fois la volonté de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) et le droit français", s'est satisfait Thierry Braillard. En effet la justice française avait jugé trop vague la notion de contrôles réalisables "à toute heure, en tous lieux", donnée par le nouveau code. Elle était même jugée comme "contraire aux libertés individuelles". En effet, dans ce créneau horaire il ne pouvait y avoir irruption dans un domicile qu'en cas de soupçon de grand banditisme, ou de terrorisme.

"Ces contrôles n'interviendront qu'avec le consentement du sportif"

Au bout de quelques mois de travail et négociations, cette nouvelle volonté de l'AMA a été acceptée par le droit français, en s'assurant par des moyens juridiques que ces mesures respectent bien la Constitution. Thierry Braillard explique que ces contrôles nocturnes "ne pourront intervenir qu'avec le consentement du sportif, sollicité trimestriellement pour savoir s'il les accepte. A défaut, s'il n'y a pas consentement mais qu'il existe une vraie volonté de contrôles, on sollicitera un juge des libertés et de la détention pour obtenir une ordonnance et faire ce contrôle".

Autrement dit, un sportif français donnera son accord (ou non) tous les trois mois, à pouvoir être contrôlé la nuit. Si une compétition internationale se déroule en France, l'accord sera alors demandé au moment de l'inscription, à chaque joueur ou athlète concerné. Enfin, si le sportif refuse ces contrôles nocturnes, il pourra tout de même y être soumis. L'Agence Française de Lutte contre le Dopage n'aura en effet qu'à demander l'accord d'un juge des libertés.

Comme le veut le nouveau code mondial de lutte contre le dopage, les contrôles peuvent avoir lieu à n'importe quel moment, mais aussi dans n'importe quel lieu de résidence. Aussi, les camps de bases des équipes participant à l'Euro 2016 en juin prochain sont directement concernées par cette nouvelle mesure.

Omnisport