Des sportifs étrangers contrôlés positifs au Meldonium

Des sportifs étrangers contrôlés positifs au Meldonium

Publié le , modifié le

Une dizaine de sportifs étrangers ont été contrôlés positifs au meldonium en France par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) depuis le 1er janvier, dont cinq qui vont donner lieu à des procédures, a annoncé mardi le président de l'AFLD.

"Nous avons des cas, une dizaine depuis le début de l'année, dont cinq qui vont donner lieu à des procédures devant l'agence", a explique Bruno Genevois à l'occasion du bilan annuel présentant les actions de l'AFLD. "Ce sont des sportifs de pays étrangers qui étaient en stage en France, cinq cas de meldonium à partir d'échantillons qui datent des dernières semaines. Ces sportifs devraient pouvoir être sanctionnés, les cinq cas méritant l'ouverture d'une procédure", a-t-il souligné. M. Genevois n'a pas précisé le sport concerné mais a reconnu à demi-mot qu'il s'agissait d'un seul et même sport "faisant appel à de fortes capacités", a-t-il seulement suggéré.

Le président de l'AFLD a également laissé entendre que les sportifs concernés pouvaient prétendre à participer aux jeux Olympiques de Rio (5-21 août), en reconnaissant que l'agence allait tâcher "d'aller assez vite dans le cadre de cette procédure". De nombreux sportifs russes ont été contrôlés positifs au meldonium ces derniers mois. Parmi eux, l'ancienne N.1 mondiale de tennis Maria Sharapova a avoué prendre ce produit depuis dix ans sur prescription médicale. Ce médicament est interdit depuis le 1er janvier 2016 et près de 200 sportifs ont été contrôlés positifs en moins de cinq mois, dont 47 Russes.

Mis au point dans les années 1970 en ex-URSS, ce médicament protecteur des cellules cardiaques, supposé améliorer la résistance à l'effort, est vendu seulement dans les pays de l'Est. Ces contrôles positifs au meldonium de sportifs russes interviennent alors qu'une commission indépendante de l'AMA a mis au jour un système de dopage institutionnalisé dans l'athlétisme russe, qui a mené à la suspension de la Russie par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) mi-novembre. L'IAAF doit se prononcer définitivement sur la présence ou non des athlètes russes à Rio le 17 juin, à Vienne.

AFP