Sportifs reconversion
Ces sportifs qui ont tenté la reconversion dans d'autres disciplines | AFP

Comme Florent Manaudou, ils ont changé de discipline

Publié le , modifié le

Après son relatif échec de Rio, Florian Manaudou a décidé de troquer son maillot de bain contre un ballon de handball. Si cette reconversion peut surprendre, le médaillé olympique du Cercle des Nageurs de Marseille n'est pas le premier à s'essayer au grand écart entre les disciplines. Avant lui, Michael Jordan, Jean Galfione ou encore Marion Jones ont laissé tomber le sport qui les a révélé pour tenter leur chance ailleurs. Avec plus ou moins de succès.

Michael Jordan, du basket au base-ball

Le 6 octobre 1993, la nouvelle fait trembler le monde de la NBA : Michael Jordan annonce la fin de sa carrière de basketteur. Le joueur des Bulls avance une perte de motivation et décide de s'éloigner des parquets. Mais il ne délaisse pas le sport pour autant. Quelques mois plus tard, il se tourne vers le base-ball et signe un contrat de Ligue mineure avec les Barons de Birmingham (affiliés aux White Sox de Chicago). Après 127 matchs,  le légendaire numéro 23 des Bulls se rend à l'évidence : il n'a pas le niveau pour intégrer une Ligue majeure. Il décide donc d'arrêter là son expérience du base-ball et retourne vers la balle orange.

Michael Jordan avec les chicago White Sox en 1994.
Michael Jordan avec les chicago White Sox en 1994.

Luc Alphand, du ski au Dakar et à la voile

Des pistes enneigées de haute montagne à celles ensablées du Dakar, il y a un grand pas que Luc Alphand a brillament réussi à franchir. Après une saison 1997 couronnée par le globe de cristal en coupe du monde, le sportif range ses skis et débute une carrière de pilote automobile. En 1999, il participe à son premier Dakar et progresse années après années. Il atteint la deuxième place en 2005 avant de remporter la course l'année suivante sur Mitsubishi. LucAlphand prend aussi part pendant plusieurs années aux 24 heures du Mans où il signe son meilleur résultat en 2006 avec la 7e place au général (3e de la catégorie LMGT1). Fin juin 2009, un accident de moto dans le cadre du rallye Rand'Auvergne le pousse à se reconvertir une nouvelle fois. En 2011, il participe à la Transat Jacques-Vabre avec Marc Thiercelin mais le duo abandonne au cinquième jour de course.

Luc Alphand sur le Dakar en janvier 2006/
Luc Alphand sur le Dakar en janvier 2006/

Marion Jones : des pistes d'athlétisme au basket

Durant son adolescente, Marion Jones a longtemps hésité entre l'athlétisme et le basket avant de finalement opter pour la première alternative. Mais en 2007 tout s'effondre : l'Américaine reconnaît avoir pris des stéroïdes depuis plusieurs années et est condamnée à six mois de prison. Un an après sa sortie, l'ex-athlète tente un come-back dans le basket et signe avec le Shock de Tulsa (Oklahoma), l'une des meilleurs équipes de la WNBA. Malheureusement pour elle, ses performances sur le terrain ne sont pas vraiment à la hauteur et dès la deuxième saison, le club annonce se séparer de sa joueuse pour en engager une autre plus prometteuse.

Marion Jones avec les Shock de Tulsa.
Marion Jones avec les Shock de Tulsa.

Jean Galfione, du saut à la perche à la voile

Le sport, c'est une affaire de famille chez les Galfione. Avec un père escrimeur de haut niveau et une mère ancienne gymnaste, difficile pour Jean de passer à côté. Lui choisit plutôt le saut à la perche dont il devient champion olympique à Atlanta en 1996. Neuf ans plus tard, Jean Galfione annonce sa retraite et décide de se consacrer à la voile, sa deuxième passion. En 2007, il participe à la Coupe de l'America avec l'équipage K-Challenge. par la suite, il enchaîne les courses avec son propre bateau, un Class 40, et participe à la Route du Rhum en 2014.

Jean Galfione avant d'embarquer sur la route du Rhum en 2014.
Jean Galfione avant d'embarquer sur la route du Rhum en 2014.

Fabien Barthez, du football au sport automobile

Exit les crampons pour le champion du monde 98 qui réalise désormais ses exploits au volant d'un bolide. Depuis février 2008 et ses débuts sur la piste de Paul-Armagnac à Nogaro lors de la Coupe de France des circuits, il n'est pas rare de voir le "Divin chauve" prendre part à des courses. Et comme pour garder des cages, l'Ariégeois y montre un certains talent. En 2013, il devient champion de France de Grand Tourisme et participe l'année suivante aux 24h du Mans. En janvier 2016, il lance avec Oliver Panis sa propre écurie baptisée Panis-Barthez Compétition et participe une nouvelle fois aux 24 heures du Mans.

Fabien Barthez pendant les 24 heures du Mans 2016.
Fabien Barthez pendant les 24 heures du Mans 2016.

Lolo Jones, de l'athlétisme au bobsleigh

A première vue, le sprint et le bobsleigh n'ont pas grand chose en commun. A première vue seulement. Car l'explosivité de la double championne du monde du 60m haies en salle est bien utile pour pousser un bobsleigh qui peut peser jusqu'à 340kg. Et en plus, elle le fait avec talent. Sans abandonner sa carrière d'athlète, Lolo Jones termine onzième de l'épreuve de bob à deux des JO de Sotchi en 2014. La même année, elle remporte l'or avec l'équipe mixte américaine aux championnats du monde de Saint-Moritz.

Lolo James et sa coéquipière Jazmine Fenlator aux JO de Sotchi.
Lolo James et sa coéquipière Jazmine Fenlator aux JO de Sotchi.
Marine Couturier @Marine_Ctrier