Tiger Woods
Tiger Woods en pleine concentration | AFP - FREDERIC J. BROWN

Avant Armstrong, d'autres sportifs sont passés aux aveux

Publié le , modifié le

Les aveux attendus de Lance Armstrong de s'être dopé, après des années de dénégations, ne constituent pas une première pour des sportifs de premier plan. Voici cinq autres cas de sportifs célèbres qui ont fait des aveux publics dans tous les domaines (Sexe, drogue, corruption, dopage...).

TIGER WOODS

Tiger Woods, le plus grand golfeur de l'histoire, dont l'image d'homme  parfait aux allures de gendre idéal était soigneusement étudiée, a tout gâché  avec un accident de voiture en sortant de sa maison floridienne en novembre  2009. Cette rencontre fortuite avec un arbre et une bouche à incendie a été le début d'un immense déballage sur sa vie privée et sur ses multiples infidélités. Tiger Woods est apparu à la télévision nationale pour présenter  ses excuses à sa femme, Elin, et sa mère Kultida.  "Je les ai blessées. Ce sont les deux personnes dont je suis le plus proche et leur dire la vérité a été douloureux. Je vivais dans le mensonge. Vraiment. J'ai fait beaucoup de choses qui ont blessé beaucoup de personnes."  

ANDRE AGASSI

Huit fois vainqueur en Grand Chelem, Andre Agassi s'est retiré des courts en 2006. En 2009, il crée un certain émoi en révélant dans son autobiographie  avoir été accro à la méthamphétamine, une drogue synthétique qui provoque  l'euphorie, au moment où sa carrière était au plus bas.. Il affirme également  avoir échappé à une suspension pour dopage en plaidant "l'accident". La lettre écrite à l'ATP pour réclamer la clémence "était pleine de  mensonges, au milieu d'éléments de vérité", raconte le "Kid de Las Vegas". Agassi, marié à l'ancienne championne Steffi Graf, a aussi révélé avoir haï  le tennis, sport qui a fait sa gloire et sa fortune, pendant toute sa carrière.    

HANSIE CRONJE

Le capitaine de l'équipe sud-africaine de cricket a admis, devant une commission d'enquête sur la corruption dans ce sport, avoir reçu des  pots-de-vin dans le cadre d'affaires de paris illégaux. "Mon immense passion pour ce sport et mon immense respect pour mes  coéquipiers ont été supplantés par mon amour pour l'argent", avait alors  expliqué Cronje, banni à vie en octobre 2000. Cronje est décédé deux ans plus  tard, le 1er juin 2002, dans un crash d'avion en Afrique du Sud.  

MARION JONES

A l'automne 2008, Marion Jones, 5 fois médaillée olympique, dont trois  titres, apparaît dans le talk-show d'Oprah Winfrey, quelques jours après avoir  purgé six mois de prison pour parjure dans une enquête fédérale au sujet de sa  prise de produits dopants et d'une fraude bancaire. En larmes, l'athlète, impliquée dans l'affaire Balco, explique qu'elle  avait toujours ignoré qu'il s'agissait de produits dopants pensant ingurgiter  des compléments alimentaires. "Je n'avais pas assez d'estime de moi-même pour dire la vérité", a-t-elle  lancé à la journaliste. Racontant sa détention, elle révélait : "Il y a des  moments où j'avais le sentiment que mon monde s'était écroulé. Mais il y a des  jours où je me sentais mieux, où je me disais "Je suis là pour une raison". Et  chercher le pourquoi de ma situation a vraiment changé ma vie."

DAVID MILLAR

Le cycliste britannique David Millar, suspendu deux ans pour usage d'EPO  en août 2004, est devenu depuis un intervenant actif des campagnes antidopage.  Dans son autobiographie, l'ancien maillot jaune du Tour de France estime qu'il  était juste un pion dans le système. "Au moment où j'ai été pris, j'ai été viré  et ils n'ont pas sourcillé. Pour eux, je ne représentais tellement rien dans le  système. J'en étais arrivé à me dire que je devais gagner pour Cofidis (son  équipe) que 70 emplois dépendaient de mes performances. Et honnêtement, c'est à  ce moment-là que j'ai succombé et commencé à me doper," écrit-il.

AFP