Eufemiano Fuentes
Le Dr Eufemiano Fuentes au coeur du scandale Puerto | SIPA - JUAN CARLOS HIDALGO

Affaire Puerto: l'AMA et le CIO réagissent

Publié le , modifié le

L'Agence mondiale antidopage (Ama) a exprimé son mécontentement après la décision de la juge en charge de l'affaire Puerto de détruire toutes les pièces à conviction du procès au lieu de les rendre accessibles aux mouvements sportifs, et envisage de faire appel contre l'arrêt du tribunal de Madrid. Quant au CIO, il fustige le manque de collaboration des autorités espagnoles sur ce dossier.

L'AMA pourrait faire appel

"L'AMA a étudié attentivement la décision rendue par la Cour pénale dans l'affaire Opération Puerto. La décision de détruire les poches de sang est très décevante et insatisfaisante pour l'AMA et pour toute la communauté antidopage", explique l'Agence dans un communiqué. "C'est l'accès à cette preuve a motivé la contribution de l'AMA à cette cause. Ces éléments de preuve permettraient d'imposer des sanctions sportives adéquates aux tricheurs ayant fait appel au Dr Fuentes, dont les pratiques à l'égard de la santé publique ont été jugées criminelles par la Cour. L'AMA procède actuellement à une révision complète de la décision et évalue la possibilité de faire appel ou d'exercer tout autre recours, en collaboration avec ses conseillers juridiques espagnols et l'organisation nationale antidopage espagnole (AEA).". Cette dernière a d'ores et déjà annoncé son intention de faire appel de la décision du tribunal de détruire les pièces à conviction.

"Manque de collaboration des autorités espagnoles" pour le CIO

De son côté, le Comité international olympique (CIO) a montré du doigt les autorités espagnoles, estimant que cette affaire Puerto mettait en évidence le manque d'implication de l'Espagne dans la lutte contre le dopage. "Il ne peut y avoir aucune place pour le dopage dans le sport, et nous condamnons sans réserve les actions de toute personne qui contribue à fournir à des athlètes un avantage injuste par le biais du dopage", a souligné le mouvement olympique. "Le CIO et ses partenaires continuent à mener une bataille contre le dopage solide, sophistiqué et en constante évolution", a ajouté l'instance olympique. "Mais comme cette affaire le met en lumière, la lutte contre le dopage nécessite la coopération et l'implication d'un large éventail d'acteurs, y compris les autorités publiques. Une déclaration qui prend d'autant plus de relief que Madrid est candidate à l'organisation des JO 2020.

Christian Grégoire

Omnisport