Montage scandales 2012
De Lance Armstrong aux Bleuets, en passant par les paris truqués et les JO | AFP

2012, année de scandales

Publié le , modifié le

Si l'on pensait que l'actualité sportive se résume à des records, de simples résultats et des classements, cette année 2012 a rappelé que les affaires en tout genre pouvait malheureusement concerner le sport de haut niveau. Des soupçons de match truqué en hand, à l'affaire de la sortie des Bleuets, en passant par le cas Lance Armstrong, les tricheries pendant les JO et l'affaire Conte, le nombre de scandales était assez conséquent cette année dans le monde du sport.

Le hand dans la tourmente

Si l'on ne devait retenir qu'un scandale, ce serait bien celui-là. Prenez un sport dans lequel les Français enchaînent les succès, sept joueurs professionnels dont un joueur vedette et son frère, une présentatrice de télévision, et des paris suspects, mélangez le tout et vous obtenez tous les ingrédients pour un mauvais feuilleton. Les images de Nikola Karabatic entouré de policiers en civil contrastaient quelque peu avec celles du même Nikola Karabatic quelques semaines plus tôt lorsque celui-ci célébrait avec l'équipe de France un nouveau sacre olympique. Les faits qui lui sont reprochés sont graves, et contrairement à son frère Luka et au Serbe Mladen Bojnovic, il dément avoir parié sur la perte de la première mi-temps de Montpellier à Cesson, le 12 mai dernier (15-12 pour Cesson). En garde à vue, comme une dizaine d'autres personnes mis en examen puis placé sous contrôle judiciaire, l'international français devra finalement attendre le 30 octobre pour être réintégré au sein de son club de Montpellier, son frère Luka recevant une "sanction disciplinaire" de la part du club héraultais. Karabatic sera même rappelé en équipe de France le jour même, pour participer à des matches de qualification à l'Euro 2014. Mais le dossier n'est pas clos pour autant.

Vidéo: Les paris truqués dans le hand

Voir la video

 

Les Bleuets étaient de sortie

On pensait en avoir fini avec les histoires de "footeux". Presque oubliée la grève en Afrique du Sud, oubliés les mots doux de Nicolas Anelka ou plus récemment encore ceux de Samir Nasri, l'affaire des quotas ethniques… On pensait bien que le football français avait touché le fond et grâce aux récents résultats probants obtenus par Didier Deschamps, la Maison Bleue allait renaître de ses cendres. Mais c'était oublier que les Espoirs n'avaient pas mis leur grains de sel. Quelle bonne idée d'aller en discothèque trois jours avant un match de barrages décisif en Norvège ! Sans la défaite presque impensable des Bleuets (5-3) et la non qualification pour l'Euro-2013, la polémique n'aurait vraisemblablement pas eu lieu. Antoine Griezmann, Chris Mavinga, Mbaye Niang et Wissam Ben Yedder ont donc été suspendus jusqu'en décembre 2013 par la FFF, Yann M'vila, écopant de la plus lourde sanction, jusqu'en juillet 2014, sorte de double peine pour le joueur du Stade Rennais qui voyait ainsi ses chances de participer au Mondial 2014 s'envoler en fumée.

Armstrong, l'épilogue

Pendant près d'une décennie, Lance Armstrong a régné en maître dans le peloton du Tour de France. Fort de ses sept victoires obtenues entre 1999 et 2005, et sans oublier une troisième place obtenue après une retraite de deux ans (2009), l'Américain continue de rire au nez de ses toujours plus nombreux détracteurs. Les accusations d'anciens coéquipiers, ou d'anciens collaborateurs se multiplient, l'Agence Mondiale antidopage américaine (Usada) écrit un rapport accablant sur le coureur, et finalement, la sanction tombe le 22 octobre dernier. L'UCI qui s'était jusque là montrée assez timide dans cette affaire, choisi de suivre la position de l'Agence Mondiale antidopage américaine (Usada), et décide de suspendre à vie Armstrong. Ce dernier se voit aussi et surtout retirer son palmarès depuis août 1998, incluant ses sept victoires sur le Tour. Egal à lui-même, Lance Armstrong fait comme si de rien n'était, retire sobrement de son compte d'un célèbre réseau social ses sept victoires sur la Grande Boucle, et poursuit son petit bonhomme de chemin, comme si tout ceci n'avait été qu'une vaste plaisanterie.

Vidéo: La chute de Lance Armstrong

Voir la video

 

Conte piégé dans le Calcioscommesse

Antonio Conte aura suivi 22 rencontres officielles de la Juventus Turin depuis les tribunes. Le motif ? L'entraîneur de la Juve a été accusé de ne pas avoir dénoncé des irrégularités lors de deux matches de la saison 2010-11, alors qu'il se trouvait à la tête de l'équipe de Sienne (en Serie B). D'abord suspendu dix mois, le coach italien qui a toujours nié avoir été au courant de la manipulation de ce match par des parieurs, a vu sa peine réduite à quatre mois par le Tribunal arbitral du sport italien. La peine a été réduite parce que le tribunal n'a pas retenu les accusations contre lui pour un match Novare-Sienne. Seul le match Albinoleffe-Sienne met en cause l'ancien entraîneur de Sienne dans ce scandale du Calcioscommesse qui secoue l'Italie depuis un an et demi.

Des Jeux pas très olympiques

Les valeurs olympiques en avaient pris un coup dès 1904 lorsque Fred Lorz avait été disqualifié pour avoir parcouru une partie du marathon en voiture. En 1972, la finale du tournoi de basket avait été remportée de manière très surprenante par l'URSS en raison d'un compteur non remis à zéro. Quatre ans plus tard, l'équipe soviétique de pentathlon avait été disqualifiée pour avoir utilisée une épée truquée… En 2012, ces mauvais souvenirs ont pu refaire surface dans certaines disciplines. En cyclisme sur piste par exemple, lorsque le Britannique Philip Hindes a simulé une chute pour qu'un nouveau départ soit donné. En badminton, les championnes du monde chinoises avaient subitement oublié de jouer dans l'optique de retrouver des adversaires plus modestes par la suite. Même topo pour les basketteurs espagnols face aux Brésiliens (au grand dam des Français). Mais le summum a peut-être été atteint lors des compétitions de boxe, comme nous l'a révélé une enquête de notre confrère Arnaud Romera, diffusée dans l'émission Stade 2.
 

Vidéo: Au coeur de la corruption dans la boxe olympique

Voir la video

Romain Bonte

Omnisport